Egypte : La FIDH accuse les forces de sécurité d’utiliser la violence sexuelle contre les détenus – 19/05/2015

La FIDH accuse les forces de sécurité d'utiliser la violence sexuelle contre les détenus en Egypte | © REUTERS
La FIDH accuse les forces de sécurité d’utiliser la violence sexuelle contre les détenus en Egypte | © REUTERS

La Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH) a accusé, dans un récent rapport, les forces de sécurité égyptiennes d’utiliser la violence sexuelle à une « grande échelle » contre les détenus.

« Hommes, femmes et enfants sont maltraités dans le cadre de la répression des mouvements de protestation », a indiqué la Fédération dans son rapport, affirmant que « beaucoup de détenus sont exposés au contrôle de virginité et aux viols individuels et collectifs ».

Le ministère de l’intérieur égyptien a fait savoir qu’il ne réagira pas à ce rapport avant son examen.

La FIDH a dit avoir relevé « une hausse palpable » dans la violence sexuelle depuis l’arrivée des militaires au pouvoir en Egypte en juillet 2013.

Elle a signalé que les auteurs de crimes sont rarement sanctionnés et que cela dénote de l’existence d’une « stratégie politique visant à faire taire tous les courants d’opposition », même s’il n’existe pas d’indices prouvant que la direction a donné l’ordre d’utiliser la violence.

Parmi les victimes figurent des étudiants manifestants, des activistes politiques, des homosexuels et des enfants.

Le président égyptien Abdel Fattah Al-Sissi avait donné l’ordre aux forces de sécurité de lancer une vaste campagne sécuritaire contre les auteurs de crimes sexuels au milieu d’une colère grandissante des populations.

« Les agressions sexuelles sont un comportement inacceptable », a-t-il dit, appelant les citoyens à « restaurer les valeurs morales de la société ».

© CamerPost avec © APA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz