Eddy Berthy : « Don’t forget where you come from »

C’est un cri de cœur émise par une femme, une artiste musicienne camerounaise, et pas des moindre. Il est dirigé à l’endroit de ses enfants africains qui oublient leur racine. Ce single pose aussi les balises de son deuxième album actuellement en chantier en France.

Eddy Berthy
Eddy Berthy

Ne demandez plus où elle est. Musicalement parlant. Eddy Berthy est bel et bien là. Présente quand il faut et où il faut. Car, rappelle-t-elle, « je sais agir quand il faut. Chaque chose vient à son temps. Faut savoir attendre son temps ». L’heure a donc sonné pour artiste musicienne camerounaise. Ce après le succès de son premier album solo baptisé « Tuwé » qui signifie « Pauvreté » en langue Duala. Dans cet opus sorti l’aurore de l’année 2011, Les mélomanes se sont délectés et ont fredonné à longueur de journées, les titres « J’attendrai », « Tuwè », « Jesus is my life », « Na taka », « Alane mba », « Onguele timba »… Que du bonheur !

Aujourd’hui, chacun s’atèle à maitriser le lyric de son nouveau single : « Don’t forget where you come from ». Traduction : « N’oublie pas d’où tu viens ». Un message clair et direct. Identique au direct d’un pugiliste adressé à son vis-à-vis sur un ring. « Je veux rappeler aux uns et aux autres que, quel que soit l’endroit du monde dans lequel on se trouve, on ne devrait jamais oublier où l’on vient. Notre racine qui est la source de notre vie », martèle la guitariste-chanteuse. Cette chanson a été enregistrée au Hadison studio à Casablanca au Maroc. Elle a bénéficié de l’apport des musiciens ivoiriens et arrangé par Hermann Gbaka en gardant le style afrobeat qu’elle maitrise si bien. Le choix des musiciens ivoiriens était dans le but de « donner une nouvelle coloration à la musique que je fais et échanger un peu avec les autres », rassure Eddy Berthy. Ce nouveau single, « Don’t forget where you come from », qui sera officiellement disponible dès le mois de novembre 2013, annonce son deuxième album solo. Just wait and see !

Frank William BATCHOU