Ebola : la BAD et la Banque mondiale lancent un programme conjoint de 1250 milliards FCFA – 27/05/2015

Makhtar Diop, vice-président de la Banque mondiale | Archives
Makhtar Diop, vice-président de la Banque mondiale | Archives

Le programme conjoint Banque mondiale-Banque africaine de développement (BAD) d’un montant global de 2,5 milliards de dollars US (1250 milliards FCFA) sur la période 2015-2016, pour la relance économique post-Ebola en faveur des pays de l’Union du fleuve Mano, a été lancé, mercredi, en marge des 50è Assemblées annuelles de la BAD.

L’information a été livrée par Makhtar Diop, Vice-président, Région Afrique de la Banque mondiale et Janvier Litse, Vice-Président de la BAD, animant un panel, mercredi, sur le ‘’lancement du programme conjoint BAD/Banque mondiale de reprise économique après Ebola”.

Ce programme, selon M. Diop, vise à ‘’mettre en place des infrastructures institutionnelles et économiques plus résilientes à même de supporter les chocs futurs résultant d’épidémies et d’autres crises non liées à la santé”.

Relevant la ‘’faiblesse” des systèmes de santé de ces pays du fleuve Mano, lors de la crise Ebola, les deux institutions ont proposé un accroissement des ‘’ressources additionnelles” dans les systèmes de santé des pays de l’Afrique de l’Ouest en vue de donner la ‘’riposte” à d’autres ‘’chocs” et parer aux ‘’pandémies”.

Car, a ajouté, M. Litse, en lançant ce programme, ‘’nos deux banques reconnaissent que l’épidémie Ebola a réduit davantage les faibles capacités en ressources humaines avec plus de 10.000 personnes qui ont perdu la vie en Afrique de l’Ouest”.

Mme Saran Daraba Kaba, Secrétaire générale de l’Union du fleuve Mano, a salué la ‘’solidarité” de la BAD et de la Banque mondiale dans la lutte contre le virus Ebola ‘’pendant que les autres nous fuyaient, leurs deux présidents ont effectué le voyage de la Guinée”, a-t-elle souligné.

‘’En pareilles circonstances, les populations ont besoin, outre la volonté politique, de la communication entre les Etats et surtout de la coordination. Si la logistique ne suit pas les moyens, la riposte risque d’être vaine” a plaidé Mme Kaba.

La BAD et la Banque mondiale ont contribué aux efforts internationaux de soutien aux différents pays (Guinée, Liberia, Sierra Leone) affectés par l’épidémie Ebola.

Par ce programme, les deux institutions qui estiment qu’il faut ‘’aller plus loin”, espèrent que ‘’l’élan se poursuivra”.

© CamerPost avec © APA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz