Direct – Burkina Faso : la transition toujours en tractations – 31/10/2014

Le chef d'état-major des armées du Burkina Faso, le général Honoré Traoré, le 19 avril 2011 à Ouagadougou. (Photo Ahmed Ouoba. AFP)
Le chef d’état-major des armées du Burkina Faso, le général Honoré Traoré, le 19 avril 2011 à Ouagadougou. (Photo Ahmed Ouoba. AFP)

L’ESSENTIEL

  • Le Burkina Faso a connu jeudi des émeutes meurtrières, qui ont fait une trentaine de morts et plus de 100 blessés selon l’opposition, qui n’a pas précisé si le bilan portait sur la seule capitale Ouagadougou ou tout le pays. L’AFP n’a pu confirmer que quatre morts et six blessés graves.
  • Après avoir successivement imposé puis annulé l’état d’urgence, le président Blaise Compaoré, au pouvoir depuis un coup d’Etat en 1987, s’est dit ouvert à des discussions mais n’a pas répondu à la demande des manifestants qui réclament sa démission.
  • Le chef d’état-major des armées, Nabéré Honoré Traoré, a annoncé la création d’un «organe de transition», chargé des pouvoirs exécutif et législatif, dont l’objectif est un retour à l’ordre constitutionnel«dans un délai de douze mois».

21h42. Selon Sams’k Le Jah, le leader de l’un des principaux mouvements de protestation populaire, le Balai citoyen, il apparaîtrait que Zida soit en tractaction avec ces mouvements, et chercherait une issue au conflit. Il souhaiterait trouver une personnalité consensuelle pour mener la transition, excluant le général Traoré, qui ne ferait pas l’unanimité.

21h30. La situation sur place n’est pas très claire, rapporte notre correspondante Louise Agar. Le numéro 2 du régiment de sécurité présidentiel, Isaac Yacouba Zida, qui s’exprimait plus tôt dans la journée aux côtés du général Traoré, semble désormais faire bande à part. C’est seul qu’il a annoncé la fermeture des frontières et la création d’un organe de transition. Son régiment, véritable Etat dans l’Etat, est puissamment armé et dispose de moyens d’écoute. Un coup d’Etat dans le coup d’Etat ?

20h56. Washington appelle à une transition dans le respect de la Constitution.«Nous condamnons fermement toute tentative de prise de pouvoir par des moyens qui ne sont pas conformes à la Constitution», a indiqué à l’AFP Bernadette Meehan, porte-parole du Conseil de sécurité nationale. «La situation évolue rapidement et nous continuons à rassembler les éléments, mais nous sommes particulièrement inquiets des informations selon lesquelles le chef d’état-major de l’armée, Honoré Traoré, a annoncé qu’il agissait désormais en tant que chef d’Etat», a-t-elle ajouté.

20h35. Un groupe d’officiers burkinabè annonce la mise en place prochaine «d’un nouvel organe de transition» pour un retour le plus rapide possible à l’ordre constitutionnel, demandant le soutien de la communauté internationale, dans un communiqué reçu par l’AFP. «Nous, forces vives de la nation (…) avons décidé que la Constitution du 2 juin 1991 est suspendue», affirme le texte signé du lieutenant-colonel Isaac Yacouba Zida. Le communiqué promet la mise en place d’un «nouvel organe» pour gérer une transition, «la plus brève possible», et demande «l’accompagnement» de la communauté internationale «pour un retour rapide à une vie constitutionnelle normale». Le groupe a également annoncé que les frontières allaient être fermées.

20h32. L’Union européenne appelle à des «élections démocratiques».

18h40. Des pillages sont en cours dans le quartier des ministères à Ouagadougou. De nombreux hommes, poussant des charrettes à bras, étaient visibles avenue de l’Indépendance, l’un des principaux axes de la capitale, que bordent l’Assemblée nationale, incendiée jeudi, et de nombreux ministères ou directions administratives, a constaté l’AFP. Fenêtres arrachées aux bâtiments, portes, tables, chaises, climatiseurs… tout a été méthodiquement raflé et circule à présent dans les rues, selon un journaliste de l’AFP. «Nous ne sommes pas des voleurs. Nous ne faisons que récupérer ce que le clan Compaoré nous a volé», s’est justifié un pillard.

17h53. Le lieutenant-colonel Zida annonce la suspension de la Constitution.

17h45. Simon Campaoré, ancien maire de Ouagadougou, appelle la population à nettoyer la ville dès demain.

16h30. Blaise Compaoré a quitté Ouagadougou pour le sud du pays, selon la diplomatie française. «Il est parti vers le sud. Il est toujours dans le pays. Il va vers Pô», ville proche de la frontière avec le Ghana, a-t-on indiqué à Paris.

16h25. Le chef d’état-major appelle «tous les citoyens organisés dans les différentes sphères de la vie nationale à répondre aux sollicitations qui leur seront adressées». «Les forces de défense et de sécurité prendront toutes les dispositions nécessaires qui s’imposent pour assurer la sécurité des personnes et des biens sur toute l’étendue du territoire national», a également prévenu le général Traoré.

15h20. Le chef de l’armée, le général Honoré Traoré se proclame chef de l’Etat, selon RFI«Conformément aux dispositions constitutionnelles, constatant la vacance du pouvoir ainsi créée, considérant l’urgence de sauvegarder la vie de la nation […], j’assumerai à compter de ce jour mes responsabilités de chef de l’Etat», déclare dans un communiqué le général de division Traoré, qui a dit «prendre acte de la démission» du président Compaoré.

14h20. Dans un communiqué, Blaise Compaoré annonce quitter la présidence du pays et souhaite la tenue d’élections «libres et transparentes» dans un délai de 90 jours. «Dans le souci de préserver les acquis démocratiques, ainsi que la paix sociale […], je déclare la vacance du pouvoir en vue de permettre la mise en place d’une transition devant aboutir à des élections libres et transparentes dans un délai maximal de 90 jours», selon le texte du communiqué, lu par une journaliste à l’antenne de la télévision BF1.

13h50. Un représentant de l’armée burkinabè a affirmé à la foule que le président Blaise Compaoré n’était «plus au pouvoir», provoquant une explosion de joie parmi les dizaines de milliers de personnes rassemblées dans le centre de Ouagadougou. «A partir de ce jour, Blaise Compaoré n’est plus au pouvoir», a lancé peu avant 12h30 le colonel Boureima Farta, hissé sur les épaules de militaires.

11h50. Des dizaines de milliers de personnes sont descendues dans la rue vendredi matin à Ouagadougou aux cris de «Blaise dégage». Les manifestants, massés devant l’état-major des armées, scandaient également «Kouamé Lougué au pouvoir». Kouamé Lougué, général en retraite, ancien ministre de la Défense, bénéficie d’un fort capital de sympathie parmi les contestataires.

11h30. Le chef de file de l’opposition au Burkina Faso, Zéphirin Diabré, demande à nouveau le départ de Blaise Compaoré. L’opposition «appelle le peuple à maintenir la pression en occupant l’espace public», déclare Diabré lors d’un point de presse, dénonçant «une confusion générale au sommet de l’Etat», après l’annonce par l’armée qu’elle prenait le pouvoir. «Le préalable à toute discussion relative à toute transition politique est le départ pur et simple et sans condition de Blaise Compaoré», insiste-t-il.

9h30.Laurent Fabius exprime le souhait de la France d’un retour au calme au Burkina Faso. «Nous n’avons pas à faire ou à défaire un gouvernement. Ce que nous souhaitons, nous les Français, c’est que nos ressortissants soient protégés et que l’on aille vers l’apaisement», déclare le ministre des Affaires étrangères.«Nous avons demandé à notre ambassadeur sur place d’être un facilitateur de cette solution d’apaisement», ajoute-t-il, précisant que des émissaires des Nations unies, de l’Union africaine (UA) et de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) seront sur place ce vendredi. Concernant les ressortissants français au Burkina Faso (environ 3 500), Fabius assure qu’il n’y a «aucun risque» et que «les décisions ont été prises pour qu’ils soient rassurés».

Source : LIBERATION avec AFP

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz