DIESELGATE : Le groupe PSA dans la ligne de mire de la justice

DIESELGATE : Le groupe PSA dans la ligne de mire de la justice

À la barre des punis, PSA suit Renault, Fiat et Volkswagen. À la suite de l’information judiciaire ouverte par le parquet de Paris début avril 2017, les juges d’instruction se sont saisis d’une nouvelle affaire mettant en cause le constructeur automobile français dans un soupçon de truquage de moteur. CAMERPOST développe.

Un nouvel épisode dans Dieselgate

PSA a certes démenti les soupçons émis à son encontre, mais la justice française saisit quand même l’affaire. Le constructeur exploitant les marques Peugeot, DS, Citröen, Opel (en cours de rachat) et Vauxhall aurait caché de manière illicite quelques faiblesses au niveau des moteurs de certains véhicules Diesel lors du test d’émission d’agents polluants. Cette étape est obligatoire avant de mettre une voiture sur le marché.

PSA est donc dans le collimateur des journalistes, des consommateurs et des ONG œuvrant pour la protection de l’environnement. Le juge quant à lui dénonce une tromperie substantielle de la part du constructeur. PSA aurait, selon les faits, pris des mesures frauduleuses pour que les contrôles effectués sur les véhicules concernés se passent sans encombre. Ceux-ci présenteraient pourtant des propriétés considérées dangereuses pour la santé de l’humain, mais aussi de l’animal.

La marque Opel écartée de l’affaire

Dans le cadre du rachat du pôle européen de General Motors, PSA est officiellement propriétaire d’Opel depuis mars 2017. Les transactions étant en cours, cette nouvelle filiale de l’enseigne se trouve hors de cause dans l’affaire d’après le résultat des investigations menées par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes. L’affaire est donc close pour Opel, mais ne l’est pas pour Peugeot, DS et Citroën.

Un bref rappel sur le Dieselgate

Cette série de scandales industriels qu’est le Dieselgate commence avec l’affaire Volkswagen, dont les fraudes visant à réduire les émissions de gaz carbonique sur certains véhicules roulant au diesel et à l’essence sont révélées fin 2015. Les différents procédés de fabrication de certains modèles de voitures entre 2009 et 2015 sont ainsi mis en cause. Volkswagen a en effet techniquement triché pour obtenir les certificats de mise aux normes en matière d’émissions polluantes d’oxyde d’azote et de gaz carbonique, un label indispensable dans le cycle d’homologation d’une voiture. Cette affaire est le début d’une traînée d’enquêtes sur d’autres constructeurs.

© CAMERPOST – Toute reproduction interdite

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz