Des scrutatrices aguerries pour empêcher les fraudes électorales

L’ultime phase dédiée aux femmes de différents partis politiques sollicités s’est déroulée ce 10 septembre 2013 à Douala.

fraudes_electorales

Tout a l’air d’une salle de classe. Les femmes ici présentes sont studieuses. Elles écoutent attentives et interviennent en cas d’incompréhension. Contrairement aux élèves, cette trentaine de femmes, bienheureuses, suit une formation sur le déroulement des échéances électorales. « On a remarqué que les mandataires des partis politiques de l’opposition dans les bureaux de vote étaient frustrés parce que, ne connaissant pas exactement comment fonctionne le vote. Ils ne pouvaient pas réussir à défendre leurs droits. Cette formation est donc la bienvenue pour ces dames issus de différents partis politiques de l’opposition », explique Valentine Ngouetche Konlak, secrétaire exécutive de Femnet-Cameroun et facilitatrice. Elle a géré cette formation avec Georges Ekounè, responsable juridique du Cameroon People Party (Cpp).

Cette formation, organisée par l’association Cameroun Ô Bosso, est destinée uniquement aux femmes. Avec ce cri de ralliement et de motivation : « Quand la femme se lève, les choses changent ». Lancée depuis le début des inscriptions sur les listes électorales, elle s’est s’achevée ce 10 septembre 2013. Cette  rencontre a mis un accent particulier sur la pratique. Question de « montrer, visualiser et matérialiser le déroulement normal des votes », précise Steeve Ekongolo, l’un des membres de la communication. Valentine Ngouetche Konlak d’ajouter : « Cette formation est donc capitale parce qu’on gère tous les détails de tout ce qui se passe dans un bureau de vote. Nous les apprenons comment défendre les intérêts de leur parti politique, de sécuriser leur vote et celui des autres électeurs ». Dans ce qui tient lieu de salle de classe, les enseignements semblent bien assimiler. Morceau choisi avec une participante présente depuis le lancement : « La campagne débute le 15 septembre et prend fin le 29 septembre à minuit. Le jour des élections, nous, scrutatrices, devons rester bouche cousue, éviter de venir en retard dans les bureaux de vote en retard et surtout en tenue du parti de peur d’influencer les électeurs. Nous devons rester vigilante toute la journée, défendre nos droits et celui de notre parti quand il faut en s’appuyant sur les textes de loi et savoir que le vote est secret ».

Pour donner de l’importance à cette initiative, les participantes ont reçu la visite d’Edith Kah Walla, la présidente du Cpp et coordonnatrice nationale de Cameroun Ô Bosso. Une visite de remerciement et d’encouragement. « Lors des élections présidentielles auxquelles j’ai pris part, j’ai constaté que les femmes étaient très sérieuses dans leur travail. J’ai souhaité que cette formation soit donc ouverte uniquement aux femmes pour mieux les édifier. Je vous remercie et vous encourage dans ce travail parce que c’est d’abord pour vous, vos différents partis politiques et enfin pour la nation. Soyez donc très attentive à cette formation pratique  qui vous permet de devenir des citoyennes valables que nous désirons », a-t-elle déclaré. En attendant l’ouverture officielle de la campagne pour les échéances électorales couplées du 30 septembre 2013, une dernière formation de scrutateurs est annoncée. Cette fois-ci aux jeunes.

Frank William BATCHOU

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz