De jeunes reporters africains primés par la Fondation Mohammed VI

Fondation Mohammed VI
De jeunes reporters africains primés par la Fondation Mohammed VI

En raison de l’impact du changement climatique sur l’écosystème, la Fondation Mohammed VI continue son œuvre pour la protection de l’environnement. Cette fois-ci, la fondation a récompensé des jeunes reporters pour leurs travaux en faveur du développement durable. CAMERPOST vous dit tout sur le sujet.

La protection de l’environnement: une affaire de tous.

La Fondation Mohammed VI est un organisme créé en 2001. Elle œuvre pour la protection de l’environnement. L’organisme sensibilise la population sur l’importance de la sauvegarde de l’écosystème. Cette fondation est consciente du fait que la croissance d’un pays résulte des moyens mis en œuvre pour lutter contre la détérioration de l’environnement. Dans le but de sensibiliser les gens, la Fondation a mis en place le programme «Renforcement des capacités des professionnels de la communication en matière de développement durable». Ce programme met en avant les journalistes. La Fondation organise un concours en vue d’évaluer les acquis des reporters durant la formation e-learning. Cet enseignement est financé par l’Isesco et le PNUE. Les modules se concentrent sur le changement climatique et la gestion des déchets.

Les journalistes au cœur du programme de protection de l’environnement

Dans le cadre de la troisième édition du programme, la Fondation Mohammed VI a octroyé un certificat aux 6 journalistes qui se sont distingués durant le concours des jeunes journalistes pour l’environnement. Ce concours rassemble les journalistes de tout le continent africain. Cette année, Kenzly Mideh de Gret Event TV. s’est distingué pour sa chronique radio sur la stratégie d’agriculture ivoirienne face au changement climatique. Johnson Gwladys du Bénin a été récompensé pour son article «l’impact du projet de centrale hybride de power on sur le village d’Igbéré ». Rym Benarous du journal « le temps »doit son certificat à son sujet sur « la protection du littoral et des tortues marines ». Ndiol Seck du Sénégal a été reconnu pour son article «l’érosion côtière ». F. Goulyzia de la Côte d’Ivoire s’est démarqué pour son reportage audiovisuel sur « la présentation d’un projet pilote sur l’électrification au moyen de l’hydrogène naturel ».

© CAMERPOST – Toute reproduction interdite

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz