COUPE DU MONDE 2014 – Interview de Bertin EBWELLE:«le Mexique nous posera le plus de problèmes »

L’ancien défenseur des lions indomptables évoque la participation du Cameroun à la Coupe du monde 2014 au Brésil.

Camerpost : Bertin EBWELLE vous avez disputé la Coupe du monde de football 1990. Que pensez-vous de l’actuelle génération des lions indomptables ?

Bertin EBWELLE
Bertin EBWELLE

Bertin EBWELLE : Cette génération n’est pas éloignée de la notre. Elle a eu beaucoup de chance et de réussite. Avec de la concentration elle peut réaliser un bon parcours en Coupe du monde. Des joueurs aussi talentueux qui connaissent aussi bien les championnats européens, doivent être capables de surmonter toutes les épreuves qui se présenteront à eux. Ils rencontreront des Nations qui ont un style de jeu différent. La balle est dans leur camp. L’entraineur sera assis sur le banc de touche. L’on attend d’eux beaucoup d’audace après la phase de préparation. Si les joueurs ne sont pas audacieux, il ne leur sera pas possible de surmonter toutes les épreuves auxquelles ils seront confrontés. Ces joueurs sont pour la plupart jeunes. Parmi eux il y en a qui ont une grande expérience du football mondial.

Camerpost : croyez-vous vraiment aux chances du Cameroun devant le Mexique, la Croatie et le Brésil ?

Bertin EBWELLE : oui, j’y crois. Il y a une chance à saisir au Brésil en Juin 2014.  Le calendrier laisse croire qu’il existe une petite chance pour le Cameroun. Tout partira du premier match. Il ne faudra pas attendre d’être dans la gueule du loup pour réagir. C’est dès  la phase préparatoire qu’il faudra huiler la grande machine qui nous fera vibrer.

Camerpost : le Cameroun n’aurait donc pas beaucoup de chances s’il devait affronter le Brésil en première journée de la phase de poule ?

Bertin EBWELLE : jouer contre le pays organisateur en match d’ouverture, est une entreprise compliquée. Entreprise compliquée c’est vrai, mais pas impossible. N’oubliez pas que le Cameroun est passé maitre dans l’élimination des pays organisateurs. C’est une disposition, un esprit à renforcer avec de la sérénité et une bonne dose d’audace. Il faut aussi être courageux et ne pas se faire peur. Physiquement nous pouvons faire un bon parcours si nous sommes prêts. Techniquement nous avons des joueurs de qualité. Il ne faut pas avoir peur de le dire, nous avons des joueurs de qualité. Il faut juste se donner à fond.

Camerpost : quelle pourrait être l’adversaire le plus dangereux du Cameroun en phase de poule ?

Bertin EBWELLE : le Mexique est la sélection qui va nous poser le plus de problèmes. Pour moi notre qualification pour le prochain tour passe par ce premier match. Si nous engrangeons les trois points de la partie contre le Mexique, il ne nous restera plus qu’à jouer à fond  contre la Croatie. Nous pourrons ainsi entrevoir une qualification pour le second tour. C’est une possibilité. Nous devons la saisir. En 1990 (Coupe du monde, ndlr) le Cameroun était une Nation inconnue sur le plan footballistique. Par notre réaction sur le terrain nous avons redonné un peu d’éclat à notre pays. Je pense que les jeunes d’aujourd’hui en sont capables ; ils doivent juste mettre de côté les problèmes d’égo. Ils l’ont compris, je le pense. Lors du dernier match de qualification contre la Tunisie, nous les avons vus batailler pour la Nation.

Camerpost : devrait-on renforcer cette équipe comme le disent certains ?

Bertin EBWELLE : nous vivons une année transitoire. Il y a une jeune génération qui arrive, et des anciens qui doivent les encadrer. Ces derniers doivent sortir par la grande porte, c’est très important. Il y a la Can qui se profile à l’horizon. Il est nécessaire qu’il y ait une bonne transmission entre les deux générations.

Camerpost : d’aucuns décrient le staff technique. Quel est votre avis sur la question ?

Bertin EBWELLE : notre sélectionneur a commencé à faire de mauvais matches. Au fil des matches l’on a vu le comportement des joueurs changer, c’est très important. Il faut lui faire confiance et lui laisser du temps. On pourrait même le garder pendant deux années et modifier son contrat. Je préfère qu’il soit là comme entraineur-sélectionneur. L’on a vu des gens moins qualifiés réussir avec les lions indomptables du Cameroun. Pourquoi ne pas lui donner cette chance ? il a montré qu’il peut travailler avec le Cameroun. Il faut l’adopter, nous ne le regretterons pas.

 

© Camerpost.com: Propos recueillis par Olivier NDEMA EPO