Côte d’Ivoire : Ouverture à Abidjan d’une table ronde sur le procès de Laurent Gbagbo

Laurent Gbagbo, en février 2013 à La Haye, devant la CPI | © AFP PHOTO/ POOL/ MICHAEL KOOREN
Laurent Gbagbo, en février 2013 à La Haye, devant la CPI | © AFP PHOTO/ POOL/ MICHAEL KOOREN

Une table ronde sur le procès de l’ex-Président ivoirien Laurent Gbagbo s’est ouverte, mardi, à Abidjan à l’initiative du Front populaire ivoirien (FPI, tendance Aboudrahmane Sangaré), a-t-on constaté sur place dans la capitale économique ivoirienne.

Présidée par le meneur de cette « branche radicale » du FPI, Aboudrahmane Sangaré, cette table ronde réunit des participants autour du thème : « Laurent Gbagbo face au système politico-financier dominant : les enjeux d’un procès historique ».

« Nous sommes à un moment décisif de la Côte d’Ivoire, de l’Afrique et du monde. Le FPI doit savoir se retrouver dans les moments décisifs. A quelque moment du procès de Laurent Gbagbo, il faut qu’on soit là », a déclaré M. Sangaré à l’ouverture des travaux.

Pour lui, « ce n’est pas une question de nombre aujourd’hui. Quelque soit le noyau il faut réfléchir », parce qu’on « ne doit pas être à la traine de la mobilisation pour Laurent Gbagbo ». Aboudrahmane Sangaré a également ajouté qu’on « le veuille ou non, le 28 janvier (2016) quelque chose va se passer » et « ça sera le procès de l’insoumission ».

Plusieurs panels sont au menu de cette table ronde d’une journée. Ainsi, « l’engagement révolutionnaire face à l’hégémonie culturelle : essai d’analyse de la cabale contre Laurent Gbagbo sous les grilles socialistes » sera animé par Pr Hilaire Bohui, quand Dr Marc Essis Botiagne présentera « la CPI dans la perpétuation de l’asymétrie Nord-Sud ».

«Le 28 janvier 2016, la vision politique et la posture du Président Laurent Gbagbo en procès à la Haye, face à l’impérialisme: les enjeux » et « Laurent Gbagbo à la Haye : une sanction pour son attachement à la souveraineté monétaire » seront débattus respectivement Par Me André Kouassi et Dr Béda Boni.

Laurent Gbagbo et son ex-ministre de la jeunesse, Charles Blé Goudé sont poursuivis devant la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes contre l’humanité commis lors de la crise postélectorale ivoirienne de décembre 2010 à avril 2011. Leur procès conjoint s’ouvre, jeudi à la Haye.

© CAMERPOST avec © APA