Côte d’Ivoire : mille et une techniques pour se grossir les fesses

Des femmes achètent des produits "élargissants" pour se grossir les fesses sur le marché de Treichville en banlieue d'Abidjan en Côte d'Ivoire, le 23 juillet 2015
Des femmes achètent des produits “élargissants” pour se grossir les fesses sur le marché de Treichville en banlieue d’Abidjan en Côte d’Ivoire, le 23 juillet 2015

Elles prennent du “grossifesse”, onguent miracle au nom révélateur ou se couvrent le derrière de gaines “push-ups”: en Côte d’Ivoire, où “big is beautiful”, les femmes rivalisent d’ingéniosité pour élargir leurs formes.

La filiforme Kate Moss et ses égéries n’ont jamais eu la cote à Abidjan. “En Côte d’Ivoire, pour être belle, il faut avoir un beau bassin”, observe Sarah, une commerçante de 34 ans. “Les hommes préfèrent les femmes un peu fessues”.

Car les rondeurs sont signe d’opulence et de “bonne santé”, explique le politologue Jean Alabro. Elles sont aussi gages de “maternités glorieuses”, dont “les fesses sont le siège”, poursuit-il.

Tous les artifices semblent donc permis pour épanouir son séant.

Evelyne est vendeuse de “grossifesse”, autrement appelé “botcho crème” dans le marché de Treichville, le plus important de la capitale économique ivoirienne. En nouchi, la langue de la rue, “botcho” signifie “vaste arrière-train”.

Lire la suite à © NEWS REPUBLIC >>

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz