Côte d’ivoire : Magic System appelle les parents à plus de “vigilance” suite aux enlèvements d’enfants – 29/01/2015

Magic System appelle à la "vigilance" des parents suite au enlèvements d'enfants. © APA
Magic System appelle à la “vigilance” des parents suite au enlèvements d’enfants. © APA

Le groupe musical ivoirien Magic System s’est rendu, jeudi, dans les deux écoles qu’il a offertes au village d’Anoumabo, dans la Commune de Marcory (Sud d’Abidjan) pour marquer sa ‘’solidarité’’ face à la détresse des parents dont les enfants ont été victimes d’enlèvement et d’assassinat, en appelant, également, à la ‘’vigilance’’.

En tant d’Ambassadeur de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) et Ambassadeur des Droits de l’Homme en Côte d’Ivoire, Salif Traoré alias A’Salfo, lead vocal de Magic System entouré des écoliers, a lancé un appel à la vigilance des parents, des enfants et surtout des autorités ivoiriennes.

“Nous sommes ici, dans l’école de Magic System pour marquer notre solidarité face à la détresse des parents, dont les enfants ont été victimes d’enlèvement et d’assassinat. C’est l’occasion pour nous de lancer un appel. En tant que père et parents, on ne peut pas rester sans rien dire. Il faut que cela s’arrête pour que nos enfants puissent grandir et nos foyers soient en paix”, a dit A’Salfo au milieu des enfants des classes maternelles.

Parcourant les classes, le même message de sensibilisation a été véhiculé auprès des écoliers.

“Si vous êtes approchés par des personnes que vous ne connaissez pas, si quelqu’un vous dit de venir prendre de l’argent ou autre chose, n’acceptez pas. Ces personnes peuvent vous prendre et s’enfuir et vous ne verrez plus vos parents. C’est ce qui se passe en ce moment à Abidjan. Quand vous quittez l’école, allez à la maison directement”, a conseillé dans un langage simple et accessible aux enfants, l’Ambassadeur de l’UNESCO.

Interpellant les auteurs de ces crimes ‘’crapuleux”, il a indiqué qu’on n’a pas besoin d’ôter la vie à des innocents, de faire des rituels ou de sacrifier des enfants pour avoir les moyens. ‘’Il suffit de travailler et notre cas est un exemple”, a rappelé A’Salfo.

Selon le ministre d’Etat Hamed Bakayoko, 25 cas d’enlèvement et de mutilation d’enfants sont avérés, à ce jour, dont ‘’5 cas de découvertes d’enfants mutilés et 20 cas de cadavres”.

‘’ Nous avons déployé 1500 hommes dont 1000 policiers, 300 gendarmes et 200 militaires dotés de moyens conséquents pour renforcer les patrouilles dans certaines zones criminogènes, les plans d’eau, les abords des écoles, autour des cybercafés” a déclaré Hamed Bakayoko au terme d’une réunion interministérielle, tenue mercredi à son cabinet pour faire le point sur la situation du phénomène.

© CamerPost avec © APA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz