Côte d’Ivoire : Le procès de Simone Gbagbo et co-accusés reporté à une date ultérieure – 22/10/2014

Laurent Gbagbo et Simone lors de leur arrestation le 11 avril 2011.
Laurent Gbagbo et Simone lors de leur arrestation le 11 avril 2011.

Le procès de Simone Gbagbo et des quatre-vingt-deux autres militants du Front populaire ivoirien (FPI) et pro-Gbagbo, poursuivis devant la Cour d’Assises d’Abidjan pour des faits d’atteinte à la sûreté de l’Etat n’a pu débuter, mercredi, a constaté APA sur place dans la capitale économique ivoirienne.

Initialement prévue pour ce mercredi matin, l’ouverture du procès des 83 personnalités proches de l’ex-chef de l’Etat ivoirien, Laurent Gbagbo dont son épouse Simone Ehivet Gbagbo a été reporté à une date ultérieure.

Le Palais de justice du Plateau, au cœur de la capitale économique ivoirienne, présente un calme plat à 8h 20 GMT et heure locale. Aucune disposition sécuritaire, d’habitude visible, pour ce genre de procès, encore moins la présence de ‘’ militants de l’opposition ou démocrates’’. Un agent des forces de l’ordre commis au contrôle au portail lance à la vue l’identité de l’équipe de reportage de APA, ‘’ mon frère leur affaire est reportée’’.

‘’C’est tard dans la nuit que nous avons été informés du report de l’audience de ce matin” a déclaré un prévenu interrogé par APA au téléphone.Pour l’un des avocats de la défense, Me Frédéric Blédé, c’était prévisible car ‘’ les juges ne sont pas prêts”, réitérant que la défense ne connaît pas encore ‘’le dossier”.

Les actes préliminaires du procès en Assises des 83 personnalités proches de l’ex-Président ivoirien, Laurent Gbagbo, se sont déroulés, mardi, par l’audience de confirmation des identités des prévenus en liberté provisoire, poursuivis pour des faits d’atteinte à la sûreté de l’Etat.

Mardi, dans le cadre des actes préliminaires de ce procès, les prévenus ont confirmé leurs identités devant le président de la Cour Tahirou Dembélé.

Le Premier ministre Aké N’Gbo et quatre-vingt-deux autres militants du Front populaire ivoirien (FPI) et Pro-Gbagbo, dont Pascal Affi N’Guessan, Sangaré Abou Drahamane et Simone Ehivet Gbagbo, respectivement, président, 1er Vice-président et 2ème vice-présidente du FPI…sont poursuivis pour des faits portant atteinte à la sûreté de l’Etat.

Lundi, le président du FPI, Pascal Affi N’guessan a dénoncé, dans un point de presse, un procès ‘’politique” visant à faire taire l’opposition significative avant les échéances électorales de 2015.

‘’Ce procès qui est destiné à priver les pro-Gbagbo de leurs droits politiques à travers une véritable persécution judiciaire est le pendant national du procès du Président Laurent Gbagbo à la CPI”, s’était insurgé Affi N’guessan face à la presse.

© Camer Post avec © APA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz