Côte-d’Ivoire : Félix Houphouët-Boigny encore présent dans la mémoire 22 ans après sa mort

22 ans après sa mort, Houphouët-Boigny est encore présent dans la mémoire des Ivoiriens | Archives/DR
22 ans après sa mort, Houphouët-Boigny est encore présent dans la mémoire des Ivoiriens | Archives/DR

“Les hommes comme les pays ont un destin auquel ils n’échappent point et celui de Félix Houphouët-Boigny s’est conjugué avec le surgissement du mouvement anticolonialiste ivoirien et la naissance de la Côte d’Ivoire moderne”, selon l’historien Jean-Noël Loukou pour rappeler la ‘’présence dans la mémoire’’ des Ivoiriens de leur premier président de la République.

A la paroisse Saint-Jean Cocody, une messe a été dite en la mémoire de l’illustre disparu, en présence des autorités politiques, administratives et religieuses du pays. “Décembre est un mois symbolique pour la Côte d’Ivoire et cette date du 7 décembre est l’occasion de rendre hommage à notre premier Président (Félix Houphouët-Boigny décédé le 7 décembre 1993) et nous ferons en sorte d’honorer sa mémoire”, a déclaré peu avant la messe, le Président Alassane Ouattara qui recevait au palais présidentiel, les Rois et Chefs traditionnels du pays.

Né le 18 octobre 1905 à Yamoussoukro (aujourd’hui capitale politique), « le vieux», comme l’appelaient, affectueusement, ses compatriotes, a su faire de son pays un havre de paix, le moteur de la sous-région, durant son règne trentenaire à la tête du pays.

En 1944, sous son inspiration fut créé le syndicat agricole africain (SAA) avec de nombreuses autres figures emblématiques de la lutte coloniale comme Gabriel Dadié et Joseph Anoma, planteurs à Agboville, Emile Boni à Daloa, Edouard Ello à Bouaflé, Fulgence Brou et Gustave Kadio à Aboisso, Lamine Touré à Grand-Bassam, Georges Kassi .

Les revendications de ce syndicat engendrent l’abolition du travail forcé par la Loi Houphouët-Boigny votée, sans débat, le 5 avril 1946 et promulguée le 11 avril de la même année.

Le 9 avril 1946, Houphouët-Boigny transforme, le SAA en Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI). Ce dernier devient lui-même, après le Congrès de Bamako du 18 octobre 1946, une section territoriale du tout nouveau parti africain : le Rassemblement démocratique africain (RDA).D ‘où le parti PDCI-RDA.

Lorsque la Côte d’ivoire accède à l’indépendance le 6 août 1960, ‘’le Sage d’Afrique”, autre sobriquet de Félix Houphouët-Boigny, en devient son premier Président.

Homme de paix, l’on lui doit le célèbre dicton « la paix, ce n’est pas un mot mais un comportement » .Cette quête de la paix de Félix Houphouët est marquée « par trois signatures : la basilique Notre Dame

de la Paix, le prix international Félix Houphouët-Boigny pour la paix décerné par l’UNESCO, la fondation Félix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix », fait remarquer Jean Noel Loucou.

Les partis politiques qui se reconnaissent “au sage” de Yamoussoukro par l’Houphouetisme pour mettre en valeur sa vision et sa philosophie politique.

La commémoration de la fête de l’indépendance était célébrée pour des raisons pluviométriques le 7 décembre de chaque année. C’est après son décès le 07 décembre 1993, que les autorités politiques ont ramené la célébration de l’indépendance à sa date originelle, le 7 août de chaque année.

L’actuel Chef de l’Etat ivoirien, Alassane Ouattara a été son unique Premier ministre (1990-1993).

© CAMERPOST avec © APA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz