Côte d’Ivoire, crise post-électorale: l’exhumation des corps va s’étendre sur l’axe Dabou-Tabou (Ministre) – 26/10/2014

Mamadou Gnénéma Coulibaly, ministre de la Justice
Mamadou Gnénéma Coulibaly, ministre de la Justice

A la faveur de l’ouverture annoncée des Assises d’Abidjan, le Garde des Sceaux, ministre de la justice, Mamadou Gnénéma Coulibaly, a fait une lucarne sur l’attaque du camp des réfugiés de Nahibly à l’ouest ivoirien, estimant que la justice connaîtra cette affaire après ‘’l’exhumation des corps enterrés’’ sur l’axe Dabou-Tabou, au sud-ouest.

‘’ La lenteur en matière de justice est fonction de la position dans laquelle on se trouve” a déclaré à APA le ministre Gnénéma Coulibaly, s’insurgeant contre les propos de la Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH) qui déplore que ‘’ l’affaire Nahibly ne va pas vite”.

Le 20 juillet 2012, le camp des déplacés de Nahibly, à la sortie de la ville de Duékoué (ouest) était attaqué par des ”jeunes Malinkés de la ville encadrés et soutenus par des éléments de l’armée ivoirienne et des chasseurs traditionnels Dozos favorables à M. Ouattara” selon des organisations de défense de droits de l’homme. Sept personnes y sont retrouvées mortes par balles et par incendie.

Pour le ministre Gnénéma Coulibaly, dans la ‘’chronologie des différentes affaires” pour lesquelles la justice est saisie, ‘’celle de Nahibly n’est pas la première” ajoutant que ‘’chronologiquement, les affaires doivent intervenir au fur à mesure” de leur commission.

Au contraire de certains qui pensent qu’il aurait ‘’fallu trancher d’abord sur l’affaire de Nahibly avant de revenir sur les affaires qui ont précédé”, s’est-il offusqué.

‘’Nous, nous pensons qu’il faut progresser pour que les deuils antérieurs, les souffrances antérieures des victimes antérieures soient, au premier chef, soignés, soulagés avant que les victimes postérieures n’aient aussi droit à la justice. La justice aussi, c’est ça ! Tenir compte de l’antériorité de la douleur, du préjudice pour pouvoir statuer”, a expliqué M. Coulibaly.

Les enquêtes de Nahibly, a-t-il poursuivi, progressent à la hauteur des capacités de la justice ivoirienne et des moyens dont elle dispose. A cet effet, le ministre de la justice a révélé le début d’une prochaine opération d’exhumation de corps.

‘’Je suis heureux d’annoncer que l’Etat a dégagé les moyens de faire toutes les exhumations à l’ouest et sur l’axe Dabou-Tabou où il y a eu également des personnes qui ont été enterrées”, a souligné le ministre Coulibaly, précisant que ‘’ces personnes ont été tuées lors du retrait des mercenaires allant vers le Libéria” dans la période jusqu’à décembre 2011.

‘’Nous avons commencé les exhumations à Abidjan où il y a eu beaucoup d’exactions. Maintenant, nous irons à l’ouest où il y a des tueries dans certaines villes pour retrouver les corps, pour établir la vérité. Dans la foulée des exhumations à l’ouest, nous fouillerons tous les endroits où des corps auraient été enterrés”, a assuré le Garde des Sceaux.

Par ailleurs, Gnénéma Coulibaly s’étonne que les ‘’ les défenseurs des droits humains ne parlent pas de ces victimes alors que leurs cas sont antérieurs à celui de Nahibly dont les victimes, selon eux, doivent êtres privilégiées sur d’autres personnes qui ont subi des préjudices en Côte d’Ivoire”.

A l’issue de toutes ces enquêtes, ‘’la vérité judiciaire sera plus aisée à établir tant pour les victimes des exactions des mercenaires que pour Nahibly. Car, pour nous une victime est une victime et les auteurs de ces crimes de tous les bords subiront la rigueur de la loi. De quelque camp qu’ils soient”, a rassuré le ministre Gnénéma Coulibaly.

© Camer Post avec © APA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz