Coopération Japon-Afrique : Le temps du business

Le temps du business pour la coopération Japon-Afrique | © CT
Le temps du business pour la coopération Japon-Afrique | © CT

22 protocoles d’accord signés par 73 entreprises avec 20 pays africains. Le Cameroun parmi les bénéficiaires.

Le Cameroun fait partie des 20 pays africains ayant signé le mémorandum d’entente avec au moins une entreprise japonaise, Marubeni Corporation en l’occurrence. L’accord avec cette société de commerce, l’une des plus importantes au Japon, consacre la construction d’un hôpital de référence au Cameroun. Cet engagement de Marubeni Corporation, a été réaffirmé devant les chefs d’Etat et le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, à l’occasion de la conférence d’affaires Japon-Afrique, tenue dimanche à Nairobi. Le ministre des Relations extérieures, Lejeune Mbella Mbella, chef de la délégation camerounaise à cette sixième édition de la TICAD, a d’ailleurs été invité à prendre part à la photo de famille scellant ce partenariat bénéfique aux côtés des chefs d’Etat et de délégation d’autres pays.

Le cadre aménagé par l’Organisation japonaise du commerce extérieur (JETRO) et l’organe kényane de promotion d’investissements (KenInvest), a donné lieu à l’expression plus pointue de l’ambition des entreprises du secteur privé japonais à investir en Afrique. Le monde japonais des affaires y était représenté par le président du Kaidanren, Fédération des organisations économiques japonaises, M. Sakakibara, à la tête de 73 entreprises. « Première visite d’une telle envergure en Afrique, qui reflète l’enthousiasme des chefs d’entreprises japonaises de développer leurs activités aux côtés de l’Afrique », a souligné Shinzo Abe. Ces entreprises s’engagent à œuvrer dans les secteurs aussi variés que sont la fourniture de système de santé, la construction des ports et d’autres grandes infrastructures de transport, le transfert de technologies, l’aménagement des centrales thermiques, les échanges académiques, la coopération de la recherche et l’éducation, les prêts bancaires, etc. Le défi majeur étant de diversifier davantage l’économie des pays africains très dépendants du pétrole et des ressources minières.

Afin de permettre une meilleure coopération et une installation rapide de ces entreprises, le Premier ministre Abe a plaidé pour la consolidation de la paix et la sécurité. Il a également prescrit de garantir un environnement sain dans le monde des affaires, « un enjeu prioritaire pour assurer la présence des entreprises japonaises ». Pour ce faire, Shinzo Abe propose « d’abroger les restrictions excessives, en promulguant des législations qui s’imposent et en veillant à leur application ».

Source : © Cameroon Tribune

Par Azize MBOHOU, envoyé spécial à Nairobi

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz