Consommation : La toxicité du tabac en débat

La toxicité du tabac en débat | Photo d'illustration
La toxicité du tabac en débat | Photo d’illustration

Les mesures préconisées pour juguler le tabagisme ne font pas l’unanimité.

Du 7 au 12 novembr prochain va se tenir en Inde, la Conférence des Parties (COP7) qui constitue l’organe exécutif de la convention Cadre pour la lutte antitabac (CCLAT). Cette dernière est le premier traité international de santé publique institué par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). De l’avis des observateurs, le rendez-vous du mois prochain va marquer une étape décisive pour la réglementation antitabac. En effet, les travaux de la COP7, vont porter sur les thèmes suivants : l’exclusion du tabac des accords commerciaux internationaux, la généralisation du paquet et de la cigarette neutre, l’augmentation des taxes sur le tabac à hauteur de 75% du prix de vente au détail,  la stricte réglementation et/ou l’exclusion des produits à nocivité réduite. En clair, pour l’OMS, il est question de réduire la consommation du tabac à sa plus simple expression. Et tout est mis en œuvre pour convaincre les 180 pays ayant ratifié la convention et faisant partie du traité à prendre des mesures draconiennes dans ce sens.

Seulement, de plus en plus d’acteurs suggèrent une approche plus consensuelle dans la lutte contre l’usage du tabac. Certaines associations et les compagnies de tabac se posent la question de savoir pourquoi, face aux ravages causés par le tabagisme, l’OMS demeure flexible. De nombreux observateurs sont convaincus que les compagnies de tabac pourraient contribuer au débat et aider à trouver des solutions durables et qui profiteront à l’humanité. En effet, selon de nombreuses données scientifiques récentes les produits de cigarettes électroniques sont moins nocifs et pourraient donc réduire la mortalité due au tabagisme. Du reste, il s’agirait d’une bonne nouvelle. Car, toutes les mesures visant à interdire la consommation du tabac dans le monde ont connu des résultats mitigés.

Alors que le trafic illicite du tabac fait rage et contribue à financer le terrorisme et le crime organisé, il serait intéressant pensent certains, que les producteurs de tabac, les agriculteurs et autres distributeurs aient leur mot à dire, notamment sur les produits contrefaits, considérés plus toxiques que le véritable tabac. Les concertations se poursuivent à différents niveaux pour concilier les positions. C’est dans ce sens que se tient cette semaine à Dubaï, le Middle East Africa Health Forum avec au centre des débats la question du tabagisme.

Source : © Cameroon Tribune

Par Simon Pierre ETOUNDI

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz