Congo – Election présidentielle : Denis Sassou Nguesso dénonce le diktat de l’extérieur au sujet de sa candidature

Le président congolais Denis Sassou Nguesso, le 25 octobre 2015 à Brazzaville. | © AFP
Le président congolais Denis Sassou Nguesso, le 25 octobre 2015 à Brazzaville. | © AFP

Le chef de l’Etat congolais, Denis Sassou Nguesso, s’est insurgé mardi à Kinkala, à plus de 75 kilomètres au sud de Brazzaville, contre le diktat de l’extérieur à propos de sa candidature à la présidentielle du 20 mars prochain faisant remarquer « qu’ailleurs les chefs d’Etat restent longtemps au pouvoir ».

« L’extérieur ! Je ne sais pas si ceux qui parlent de l’Afrique connaissent bien l’Afrique. Il faut qu’ils viennent ici. Ils ne connaissent pas l’Afrique, je crois qu’aux Etats-Unis, en France et

ailleurs on a vu des Chefs d’Etat rester longtemps au pouvoir. Le général de Gaulle est resté longtemps au pouvoir », a déclaré Sassou Nguesso.

« On ne peut pas parler de démocratie en dehors de la volonté des peuples », a encore dit le président congolais dont la candidature pour un troisième mandat fait couler beaucoup d’encre et de salive.

Faisant référence à la Chancelière allemande Angela Merkel, il a ajouté : « Aujourd’hui on est en train de voir que les Allemands sont satisfaits de leur chancelière. Elle est à son troisième mandat. Peut-être prendra-t-elle un quatrième mandat. Cela ne dépend que de la volonté des peuples et non des diktats qui viennent d’autres pays. »

« Sur ce débat des mandats il y a beaucoup à dire mais pour ce qui nous concerne c’est le peuple qui décide. Nous sommes confiants ».

A 72 ans révolus, Denis Sassou N’Guesso est le seul président congolais à avoir passé près de 32 ans au pouvoir.

La constitution du 25 octobre 2015 validée par les Congolais à près de 95 % de Oui, promulguée le 6 novembre de la même année, a fait sauter les verrous de l’âge limite qui était de 70 ans pour prétendre briguer la magistrature suprême au Congo et le nombre de mandats qui était fixé à deux.

Ces modifications ont permis au président Denis Sassou N’Guesso d’être candidat à sa propre succession pour un troisième mandat consécutif.

© CAMERPOST avec © APA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz