Colombie – Prix Nobel : Juan Manuel Santos, un héraut du moins

Juan Manuel Santos, un héraut du moins | © AFP / Photo d'archives
Juan Manuel Santos, un héraut du moins | © AFP / Photo d’archives

Certes, l’attribution du prix peut surprendre. Mais, son action en faveur de la paix peut inspirer même si le peuple et la rébellion sont oubliés.

 Cela avait reçu avec grande ferveur. La signature de l’accord de paix à Carthagène le mois dernier, entre le gouvernement colombien et les représentants des Forces armées révolutionnaires –FARCS, coïncidait avec le décès  en Israël d’un autre défenseur de la paix,  Shimon Peres.  Malgré le NON massif au référendum de confirmation de l’accord, le nouveau lauréat, a affirmé sa détermination à éradiquer définitivement les harcèlements, sabotages, embuscades et à la clé des tueries des FARCS.

Chronique de l’espoir

Le mois de septembre 2016, reste un mois historique de l’histoire de la Colombie. S’est tenu en effet, le 16 septembre, la 10ème conférence annuelle des Forces armées révolutionnaires de Colombie dans la jungle du Sud-est du pays. Occasion de la ratification des six accords conclus trois semaines plus tôt à Cuba. Des discussions supposées fructueux car cela fut un flop en 2002. Une issue favorable selon le chef de la guérilla, Carlos Lopez Lozada.

Le 26 septembre 2016, se tiennent à Carthagène, les accords de paix. Un document de 297 pages est signé avec un stylo fabriqué à partir d’une balle de fusil sur instigation du président colombien Juan Manuel Sanchez. C’est selon, le président, le symbole de la transition des balles à l’éducation future. C’était en présence de l’Hôte des accords, le président Cubain, Raoul Castro ; le secrétaire d’Etat américain John Kerry et du secrétaire général de l’ONU Ban Ki-Mon.

De la nécessité de la paix

Des polémiques sur les origines et le nombre des victimes.  Mais, selon le centre national de la mémoire historique-CNMH, de Colombie, le conflit de plus 50 ans a fait plus de 222 000 victimes, dont 81,5% de civils et 15 000 disparus entre 1958 date probable du début du conflit et 2012. Human Wright Watch parle de plus 5 millions de déplacés, ce qui fait de la Colombie,  le 2ème pays le plus touché par les mines anti personnelles.

Juan Manuel Sanchez, un homme de détermination

A son accession à la magistrature suprême en 2010, Juan Manuel Sanchez qualifié par d’aucuns de personne sans charisme, l’homme qui gagne le prix Noble de la Paix, avait montré son engagement à conclure une paix définitive avec les Farcs. Après l’assassinat du chef de la rébellion, Luiz Suarez le 23 septembre dernier à la suite d’une opération de l’armée régulière, le président avait affirmé « cette disparition est le coup le plus dur porté à la rébellion ». J.M. Sanchez a confirmé son engagement même avec le NON massif au référendum du 2 octobre dernier, pendant que les FARCS, presque déçus retrouvaient le maquis.

Peut-être que le processus de paix en Colombie servira de déclencheur à a guérilla menée par la rébellion aux Philippines qui dure depuis presque 50 ans. Elle a fait au moins 30 000 morts. Les deux parties ont signé un accord à Oslo en Norvège le 26 juillet dernier pour prolonger la trêve indéfiniment. Une voie pour la fin définitive du conflit.

 

© CAMERPOST par Augustin Tacham