CEMAC : rapprochement souhaité entre les bourses de Douala et Libreville

rapprochement souhaité entre les bourses de Douala et Libreville | Ph. Illustration

Le Collège de la Commission des marchés financiers (CMF) de l’Afrique centrale encourage les contacts engagés dans le cadre du rapprochement des deux places financières du Cameroun (Douala Stock Exchange, DSX) et la Bourse des valeurs immobilières de l’Afrique centrale (BVMAC) logée dans la capitale gabonaise, Libreville, rapporte un communiqué reçu à APA.

Cette exhortation, souligne le communiqué, est l’un des points de la 83èmesession du CMF, tenue il y a une dizaine de jours dans la métropole économique camerounaise, Douala.

La coexistence de deux places financières en Afrique centrale, objet de moult annonces et autres projets de réunification, a toujours été considérée comme contreproductive par plusieurs observateurs.

En mai 2010, la Banque africaine de développement (BAD), dans le rôle d’assistante technique et financière, s’engageait ainsi sur une étude de faisabilité en vue du rapprochement de la DSX et de la BVMAC, après avoir effectué des missions préparatoires dans ces deux sites.

La 10ème session ordinaire de la Conférence des chefs d’Etat de la Communauté économique et monétaire des États de l’Afrique centrale(CEMAC) avait instruit la Commission de surveillance du marché financier de l’Afrique centrale (COSUMAF) d’«entreprendre des actions permettant d’harmoniser les procédures des deux marchés financiers existants dans la sous-région».

Le régulateur émettait alors l’espoir de pouvoir satisfaire le souhait de la sous-région de se doter d’un marché financier unifié avant la fin de cette année-là.

Dans un récent rapport intitulé «Étude prospective sur le potentiel du Marché financier régional de l’Afrique centrale et mesures d’accompagnement», le cabinet français Roland Berger affirmait que cet espace continuait de fonctionner «au ralenti», après 12 ans d’existence.

D’une profondeur estimée à quelque 250 milliards FCFA en 2015, ledit marché, selon l’étude, pourrait atteindre 2150 à 2450 milliards FCFA en 2025, un scénario plus volontariste portant ladite profondeur à 4000–5000 milliards FCFA, soit 8,2% à 10,2% du produit intérieur brut (PIB).

© CAMERPOST avec © APA

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "CEMAC : rapprochement souhaité entre les bourses de Douala et Libreville"

Me notifier des
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Serge Brice Lo

du n’importe quoi, et pour visiter, il va falloir déposer les dossiers pour obtenir le visa, CEMAC mon cul? ????

wpDiscuz