Cemac: Pas de libre circulation des personnes

Les  Etats de la sous-région n’appliquent toujours pas le principe, plusieurs jours après le début de l’année 2014.

pas_de_libre_circulation_a_la_cemac

«Pour venir à Yaoundé j’ai du payer 50 000 cfa pour le visa à l’ambassade du Cameroun ». Ces propos sont proférés par Marcel Libamba, ressortissant gabonais en séjour au Cameroun. L’universitaire gabonais est venu assister dans la ville de Yaoundé, à une conférence regroupant les Etats de l’Afrique centrale. Ladite conférence évalue le niveau d’application du principe de la libre circulation des personnes dans la Cemac. Le 1er janvier 2014 était la date d’entrée en vigueur du principe. Selon ledit principe l’accès à un autre Etat de la sous-région, se fait uniquement sur présentation d’une Carte nationale d’identité ou d’un passeport. Fini les visas, les vaccins et les multiples frais médicaux exigés au niveau des postes frontières. Une évidence s’impose. Plusieurs jours après le début de l’année le principe n’est pas entré en vigueur dans la Cemac.

La réalité est la même pour les camerounais en partance pour d’autres Etats de la sous-région. Selon Thierry EKOUTI, Directeur de Publication du Journal de l’Economie, « on peut librement aller et venir dans quatre pays (…). À Libreville si l’on a ses papiers (…) il n’y a pas de souci (…). Le pays qui pose véritablement le problème, c’est la Guinée équatoriale ». La zone Cemac est la seule région au monde où la circulation des personnes reste entravée.

© Camerpost.com: Olivier NDEMA EPO

Vous aimez ? Partagez !

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz