Canada: Inquiétude pour la famille camerounaise déportée – 14/10/2014

Les amis de la famille Fuh-Cham, d’origine camerounaise, s’inquiètent pour le couple et leurs trois enfants qui ont été expulsés samedi du Canada.

La famille Fuh-Cham. Photo : Yves Provencher/Métro
La famille Fuh-Cham. Photo : Yves Provencher/Métro

Leur demande de sursis d’expulsion du pays a finalement été refusée la semaine dernière par la cour fédérale. Après deux demandes refusées de résidence permanente pour des raisons humanitaires, les Fuh-Cham ont dû se plier à l’exigence des autorités canadiennes qui leur imposaient de quitter le pays au plus tard le 11 octobre dernier.

«Ils sont arrivés [lundi] vers 4h du matin, [à l’aéroport de Yaoundé, au Cameroun], mais ils sont maintenus en détention à l’aéroport. Ça fait 10 heures qu’ils n’ont pas bu ni mangé», s’inquiétait lundi Laura Whelton, une amie montréalaise de la famille.

Ni elle, ni les Fuh-Cham ne sont en mesure de savoir quelles sont les raisons de leur détention.

Une autre amie des Fuh-Cham, Wendy de Souza, tentait lundi d’interpeller les élus du gouvernement fédéral sur Twitter pour que soient précisées les raisons de leur détention.

Les Fuh-Cham sont arrivés au Canada, à Lasalle, il y a sept ans, après avoir refusé de se plier aux moeurs traditionnelles de leur petit village de Weh, au Cameroun, malgré la pression de leurs pairs. Une première demande de statut de réfugié avait été refusée par le Canada, puis deux autres demandes de résidence permanente pour des raisons humanitaires. Les autorités alléguaient qu’ils n’avaient pas suffisamment de preuves des risques qu’ils encouraient en retournant dans leur pays d’origine.

Selon cette famille issue de la minorité chrétienne de leur village, après avoir refusé de se conformer aux coutumes de leur région, comme boire du sang ou recevoir une mutilation génitale pour les femmes, ils ont reçu plusieurs menaces mettant leur vie en danger.

Leur troisième demande de résidence permanente n’était pas encore entendue lorsqu’ils ont reçu leur date officielle d’expulsion. Leur demande de sursis, afin que soit entendue cette troisième demande avant leur expulsion, a été refusée par la cour fédérale, également par manque de preuves.

(Source: journalmetro.com)

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz