Can 2017 – Thierry Metomo : « le salut du Cameroun ne peut venir que de son collectif »

Thierry Metomo, entraîneur de football | © CAMERPOST / Alain Ghislain Kanga

Après la qualification au prochain tour des lions indomptables, l’entraineur du Tkc, Thierry Metomo et consultant sur la chaine panafricaine Vox Africa, fait une analyse de leur parcours et une projection sur le match face au Sénégal.

Est-ce que la qualification du Cameroun au prochain tour de cette coupe d’Afrique des nations peut être considérée comme une surprise ?

C’est une surprise pour certains mais pas pour d’autres. Les adversaires du Cameroun étaient des équipes assez structurées et qui se développent sur le plan de la qualité de jeu. Le Burkina Faso est en passe de devenir la meilleure nation de l’Afrique de l’Ouest. Le Gabon est la déception de cette poule parce que sur le papier on voyait une équipe qui allait se qualifier. Malheureusement leur entraineur est arrivé le 06 janvier et vraiment c’est pas évident de monter un groupe pour bien se préparer. Donc à ce niveau je ne suis pas du tout surpris. Je crois que le Cameroun et le Burkina ont mérité leur qualification.

Quelle analyse faites-vous de la prestation des lions sur le plan du jeu durant cette phase de poule ?

Je pense que c’est une prestation grandissante. Vous savez, on a atteint un niveau où on pense que chaque fois que le Cameroun va à une Can c’est pour la gagner. L’équipe monte petit à petit. Elle grandit. Le plan psychologique a été l’arme fatale du Cameroun. Mais le jeu laisse encore un tout petit peu à désirer surtout en attaque. Les attaquants jusqu’ici sont véritablement muets. Les milieux de terrain se retrouvent déjà. La défense est stabilisée avec le retour de Nkoulou. Maintenant est ce qu’Aboubakar, Ndip També, Clinton Njié pourront suivre ? C’est la question. Mais il faut aussi avouer que l’entraineur ne nous aide pas avec son instabilité dans le onze entrant. C’est pour cela qu’on n’arrive pas à croire en nôtre équipe.

Vous pensez qu’on aura encore des changements contre le Sénégal ?

C’est évident parce que quand un entraineur à la veille d’un match ( face au Gabon, Ndlr) vous dit qu’Aboubakar est très jeune, qu’il a beaucoup à prouver, qu’il peut rater aujourd’hui et réussir demain un match et que ce même entraineur réussit à mettre ce joueur sur le banc à la place de Ndip També, je crois qu’on va pas être surpris face au Sénégal. D’ailleurs je peux déjà dire, sauf miracle, que Bassogog sera sur le banc de touche. En conférence de presse Higo Bross a commencé à dire qu’il est très malade et qu’il n’est pas sûr d’être prêt avant le match. C’était une façon de dire que Bassogog sera sur le banc de touche.

A quel niveau va se jouer la rencontre face au Sénégal ?

L’équipe du Sénégal est forte et très soudée. L’entraineur est serein. Quand vous l’écoutez, vous sentez qu’il transmet à son équipe cette sérénité qu’il dégage. Il y a un collectif dans cette équipe qu’il faut débloquer. Le salut du Cameroun ne peut venir que de son groupe, de son collectif et de ses joueurs de couloirs. S’ils réussissent à mettre vitesse, percussion et vitesse d’exécution même si Aboubakar et les autres n’arrivent pas à marquer, au moins un joueur viendra frapper le ballon comme face à la Guinée Bissau. Le coach a 5 jours pour préparer ses attaquants et j’espère qu’il va bien les utiliser.

© CAMERPOST – Propos recueillis Alain Ghislain Kanga

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz