CAN 2015 : La Tunisie éliminée en quart de finale par la Guinée Euatoriale (1-2, ap) – 01/02/2015

Syam Ben Youssef (Tunisie) en colète. © AFP
Syam Ben Youssef (Tunisie) en colète. © AFP

La Tunisie est éliminée de la Coupe d’Afrique des Nations 2015 après sa défaite face à la Guinée Equatoriale (2-1, ap), samedi à Bata. Les Aigles de Carthage menaient 1-0 jusqu’à la dernière minute du temps réglementaire et ont concédé l’égalisation sur un penalty plus que discutable. Balbao a signé un doublé qui permet à la Guinée Equatoriale d’atteindre les demies de sa CAN.

90e minute de jeu. La Tunisie mène 1-0 et se dirige vers une qualification logique en demi-finale de la CAN face à une Guinée Équatoriale rarement dangereuse. Seul un miracle peut la sauver. Il va arriver et transformer la soirée des Tunisiens en cauchemar. Sur une faute imaginaire, l’arbitre mauritanien Rajindraparsad Seechurn accorde un penalty au pays organisateur. Javier Balboa égalise. Quelques minutes plus tard, en pleine prolongation, il va enflammer le stade de Bata sur un coup-franc magistral (102e), consécutif à une nouvelle faute peu évidente. C’est ainsi que la Guinée Équatoriale, devant son public, s’est qualifiée samedi (2-1) pour sa première demi-finale. La Tunisie, elle, n’est pas près d’oublier sa quatrième élimination en quarts de finale depuis son titre en 2004. Pas la moins injuste.

Le film du match

La fin de match a été aussi électrique que la première période sans saveur. Au cours de cet interminable round d’observation, la Tunisie a semblé la moins timorée. Mais les deux premiers tirs de Khazri (24e et 29e) n’ont pas été dangereux et Sassi s’est montré bien maladroit sur une tête non-cadrée (30e). En face, Sipoto Bohale a malheureusement visé plus juste, sur son crachat en plein visage de Khazri (23e). Un geste inadmissible mais resté impuni qui annonçait d’autres décisions arbitrales douteuses. Et lançait un climat délétère. Au cours des 90 premières minutes, plus de 40 fautes ont été commises… dont 32 à l’encontre des Tunisiens.

Les Aigles étaient pourtant lancés

Les Aigles de Carthage se sont montrés dangereux dès la pause terminée. Mais Ovono a retardé l’ouverture du score tunisienne sur une parade réflexe face à Akaichi (52e). Le portier équatoguinéen n’a rien pu face à l’attaquant tunisien, venu couper au premier poteau le centre de Hamza Mathlouti pour inscrire son troisième but de la compétition (0-1, 70e). Hormis un arrêt d’Aymen Mathlouti (84e), la Nzalang Nacional n’a jamais semblé en mesure de revenir dans la partie. Jusqu’au coup de main arbitral à l’entrée du temps additionnel. Dos au but et proche de la sortie de but, Edu s’est laissé tomber au contact d’un Hamza Mathlouti qui l’avait à peine touché. Penalty et égalisation (1-1, 92e). La Tunisie ne s’en est jamais remise.

Sortis du match, les Aigles de Carthage ont définitivement plié sur un nouveau coup franc, généreusement accordé à la suite d’un coup d’épaule autoritaire d’Abdennour, irréprochable tout au long du match. Et Javier Balboa, comme pour rappeler qu’il fut un jour un joueur du Real Madrid, a déposé le ballon dans la lucarne tunisienne (2-1, 107e). Son troisième but de la compétition. Il aura l’occasion d’en marquer d’autres en demi-finale jeudi, face au Ghana ou à la Guinée qui s’affrontent dimanche à 17h. La Tunisie, elle, peut rentrer à la maison. Le chemin du retour sera long.

Source : © Eurosport.fr