CAN 2015 – Cameroun : Tombi à Roko débarqué du vol en partance pour Malabo et son passeport retiré – 20/01/2015

Tombi à Roko Sidiki, le secrétaire général de la FECAFOOT, a été débarqué du vol en partance pour Malabo en Guinée pour l'entrée en lice des Lions Indomptables à la CAN 2015.
Tombi à Roko Sidiki, le secrétaire général de la FECAFOOT, a été débarqué du vol en partance pour Malabo en Guinée pour l’entrée en lice des Lions Indomptables à la CAN 2015.

Le secrétaire général de la Fédération camerounaise de football (FECAFOOT), Tombi à Roko a été débarqué, lundi à Douala, la métropole économique, d’un avion en partance pour Malabo en Guinée Equatoriale, où il devait assister aux prestations de son pays comptant pour le tournoi final de la Coupe d’Afrique des nations (CAN), de la discipline, a appris APA de sources policières.

Après le retrait de son passeport, il a été convoyé sous bonne garde dans la capitale, Yaoundé, pour un interrogatoire des services de police.

L’ordre d’interdiction de sortie du territoire, apprend-on, aurait été donné par le délégué général à la Sûreté nationale en personne, Martin Mbarga Nguele.

Selon les mêmes sources, Tombi à Roko serait sur le coup d’une enquête judiciaire en rapport avec l’utilisation des fonds débloqués par le gouvernement pour la Coupe du monde foireuse «Brésil 2014».

En poste depuis le 28 juillet 2009, l’intéressé est également candidat pour la présidence de l’instance fédérale.

Il est aujourd’hui le seul prétendant en lice, es 5 autres postulants n’ayant pas voulu se plier aux exigences de la fédération concernant la composition de leur dossier de candidature.

Tombi à Roko, note-t-on, a résisté à la bourrasque ayant emporté le président de la FECAFOOT, Mohammed Iya, aujourd’hui derrière les barreaux pour malversations financières à la Société de développement du coton (SODECOTON), dont il était cumulativement le directeur général, et a continué sa mission avec le Comité de normalisation mis en place par la Fédération internationale de la discipline (FIFA) pour gérer la période transitoire, actualiser les textes organiques et organiser des élections au niveau fédéral.

© CamerPost avec © APA