Cameroun – Youssouf HADIDJA ALIM : « l’accès à l’éducation pour tous est une priorité » – 20/11/2014

Youssouf HADIDJA ALIM, Ministre camerounaise de l’Education de Base.
Youssouf HADIDJA ALIM, Ministre camerounaise de l’Education de Base.

La Ministre camerounaise de l’Education de Base, Youssouf HADIDJA ALIM, était l’hôte d’une réunion extraordinaire du bureau de la Conférence des Ministres de l’éducation de l’Union Africaine (COMEDAF)

La réunion extraordinaire du bureau COMEDAF (Conférence des Ministres de l’Education de l’Union Africaine) tenue récemment à Yaoundé avait quoi de particulier ?

Depuis le mois d’avril dernier le Cameroun assure la présidence du bureau de la COMEDAF et à ce titre nous somme chargés de l’implémentation et du suivi des activités de cette organisation. La réunion était extraordinaire parce qu’elle s’est tenue en dehors de la périodicité habituelle d’une part et en raison de l’urgence des questions à traiter d’autre part. Je voudrais relever la nécessité impérieuse d’opérationnaliser les structures de l’université panafricaine conformément aux décisions de Malabo. A cet effet, l’objectif principal de cette réunion était l’accélération de la mise en place des structures de gouvernance de l’université panafricaine, notamment l’élection du Président et du vice-président du Conseil d’Administration.

De manière globale et s’agissant du Cameroun peut-on dire que le secteur de l’éducation se porte bien ?

S’agissant du Cameroun, nos indicateurs sont parmi les meilleurs en Afrique. Je voudrais vous renvoyer au rapport national du projet éducation pour tous. Ce rapport a fait l’objet d’une validation le 27 octobre dernier.

L’université panafricaine dont-on parle est comme un serpent de mer. Concrètement de quoi est-il question ? Et pourquoi le projet ne décolle pas ?

L’université panafricaine est déjà créée et fonctionne à travers des facultés et des instituts installés dans diverses régions d’Afrique. Je souligne à cet effet que notre pays le Cameroun abrite l’un de ces instituts à l’université de Yaoundé II. Il s’agit de l’Institut de la Gouvernance des Sciences Humaines et Sociales. Il est question en ce moment de bien structurer son administration faitière grâce à la mise en place d’un Conseil d’Administration.

Qu’est ce que cette structure apporte au secteur de l’éducation ?

La mise en place de cette structure permettra d’harmoniser de d’organiser rationnellement les activités des différentes facultés et des Instituts.

Puisqu’il est question d’université africaine y a-t-il une certaine mobilité des enseignants ? Et des étudiants ?

Oui il est possible pour les enseignants et les étudiants de se déplacer dans le système. C’est justement cet aspect qui est très important dans le cadre de l’université panafricaine. Ces opportunités sont offertes à la fois aux enseignants et aux étudiants.

Aux rangs des préoccupations communes à plusieurs pays africains il y’a la mise en œuvre effective du programme éducation pour tous. Qu’est ce qui est fait au Cameroun pour garantir l’accès pour tous à l’éducation ?

L’accès à l’éducation pour tous est plus qu’un sujet c’est tout un programme, une priorité. Il est soutenu par des stratégies élaborées politiques et ressources cibles reposant sur des stratégies de mise en œuvre à l’effet d’atteindre les objectifs souhaités. Je tiens à préciser que cet objectif majeur constitue l’un des quatre programmes de mon département ministériel à savoir l’universalisation du cycle primaire.

Source : CRTV, Poste National

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Cameroun – Youssouf HADIDJA ALIM : « l’accès à l’éducation pour tous est une priorité » – 20/11/2014"

Me notifier des
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Jean Parfait Ndongo Menga

L’éducation au cameroun est un vrai fiasco.rien de concrèt.rien de palpable.ces plans sont élaborés pour le compte de qui? Il y a un manque crutial d’enseignant en milieu rural.le programme de recru tement des maitres des parents est baffoué.en cinq ans on est incapable de recruter 3000 personnes.sans commentaire pour les contractuels.la question sur l’éducation devrait être posée aux instituteurs et non aux…

wpDiscuz