Cameroun – Yaoundé : Immeuble de la mort, la résurrection ! – 01/08/2014

A quoi renvoie le Complexe immobilier de l’émergence à Yaoundé? Et l’immeuble de la vie ? Aucune idée ! Et si on disait : Immeuble de la mort ? Ah oui, tout le monde comprendrait. Jeudi, au cours d’une manifestation organisée par la Caisse Nationale de Prévoyance sociale (Cnps), on a appris que ces différentes expressions renvoient à une chose : l’immeuble ministériel N°1. Noel Alain Olivier Mekulu Mvodo Akame le Dg, a présenté le nouveau visage de l’ex-tristement célèbre édifice au public. Quelle métamorphose !

Une vue de l'immeuble de la mort à Yaoundé.
Une vue de l’immeuble de la mort à Yaoundé.

A l’entrée, de larges terrasses, des jets d’eau et une jolie architecture affichant sur son mur une mosaïque présentant les scènes de la vie quotidienne indique qu’on entre dans un cadre moderne. A l’intérieur, le marbre, les lumières, l’aluminium, des baies vitrées, la climatisation, un univers agréable et confortable confirment qu’un travail titanesque vient d’être réalisé et que la Cnps a définitivement ramené l’immeuble de la mort à la vie.

« Ce n’est pas une cérémonie d’inauguration. Cela viendra en son temps. Juste une projection documentaire sur les travaux de parachèvement de l’immeuble » a précisé le Dg dans son propos de circonstance. Et que montre le film ? Les différentes étapes de la réhabilitation. Un travail de défi qui, dans s sa réalisation, a créé des moments de panique et d’émoi. Les images ont, par exemple, capté la pelleteuse de la Communauté urbaine de Yaoundé, qui, un jour surgit et saute sur le chantier.

Elles ont également rappelé que l’ex-immeuble de la mort fut un haut lieu d’insécurité au cœur de la capitale où des drames se nouaient de jour comme de nuit. Un immeuble abandonné pendant 25 ans, vandalisé, pris en otage par des bandits et où des reptiles et des rongeurs avaient fini par faire leurs nids. Une histoire pénible où les témoins se rappellent l’ombre funeste qui y planait si longtemps. Un Success Story au finish. Et on peut comprendre l’émotion de l’artisan principal de la réhabilitation. La CNPS n’y a pas seulement cru. Elle y est parvenue avec un budget de loin inférieur à ce que des études antérieures avaient estimé pour réhabiliter l’immeuble ministériel N°1. Ce que les initiés présentent comme le plus grand complexe immobilier de l’Afrique noire a été remis debout avec 14 milliards de F.

Un joyau bâti sur 30 000 m² et dont les travaux de rénovation ont pris trois ans à Shanxi Construction, l’entreprise chinoise qui a construit le palais des Sports de Warda. L’ex-immeuble de la mort est en passe de devenir une fleur au cœur de Yaoundé.

Source : Cameroon Tribune

Par Jeanine FANKAM