Cameroun : Yaoundé accueille un atelier sur la fusion CEEAC-CEMAC – 27/01/2015

Centre-ville de Yaoundé, capitale du Cameroun. Getty Images/ Tim E White
Centre-ville de Yaoundé, capitale du Cameroun. Getty Images/ Tim E White

Un atelier dédié à la relecture des textes portant sur la rationalisation des communautés économiques en Afrique centrale s’est ouvert mardi dans la capitale camerounaise, Yaoundé.

Cette réunion de deux jours portera sur les échanges et la validation des projets de textes liés aux mécanismes de financement, aux questions commerciales, à la libre circulation des personnes et des biens mais aussi à la paix et à la sécurité.

En effet, les dirigeants des Etats membres de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) et de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC), reconnaissant les limites de la coexistence de deux organes concurrents dans le même espace, ont mis sur pied un schéma de fusion entre ces entités à l’horizon 2023.

La 13ème conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la CEEAC, tenue les 30 et 31 octobre 2007 à Brazzaville (Congo), a reconnu «les chevauchements et la duplication des efforts du fait de l’existence de la multiplicité d’institutions régionales d’intégration» dans la sous-région, et décidé de la mise en place d’un Comité de pilotage en vue d’accélérer le processus d’harmonisation et de coordination des politiques, des programmes et des instruments d’intégration et de coopération devant aboutir, à terme, à une seule communauté d’intégration régionale en Afrique centrale.

Pour la Banque africaine de développement (BAD), la prolifération de regroupements régionaux en Afrique centrale, qui chevauchent cette aire géographique avec des mandats et programmes similaires, limite considérablement la capacité de ces institutions à générer et à canaliser un effort collectif durable, à même de relever les défis auxquels les Etats sont confrontés.

La CEMAC, née en 1999 des cendres de l’Union douanière et économique de l’Afrique centrale (UDEAC), regroupe le Cameroun, la Centrafrique, le Congo, le Gabon, la Guinée Equatoriale et le Tchad.

La CEEAC, pour sa part, a vu le jour en 1983 et est constituée l’Angola, le Burundi, le Cameroun, le Gabon, la Guinée Equatoriale, la République du Congo, la République démocratique du Congo, Sao Tomé-et-Principe et le Tchad.

© CamerPost avec © APA

  • franki

    Est ce que ceci implique la sorti de la zone CFA?