Cameroun : vive tension entre la sélection féminine de football et les officiels autour des primes – 25/06/2015

Vive tension au Cameroun entre la sélection féminine de football et les officiels autour des primes | © Facebook
Vive tension au Cameroun entre la sélection féminine de football et les officiels autour des primes | © Facebook

Les joueuses de la sélection camerounaise de football, de retour de la Coupe du monde canadienne où elles avaient été éliminées au stade des 8èmes de finales, ont refusé de quitter leurs chambres dans un hôtel situé sur les hauteurs de la capitale du pays, Yaoundé, pour protester contre le non-paiement de leurs primes de compétition, a-t-on constaté sur place.

Jusqu’à ce jeudi en milieu d’après-midi, elles insistaient pour que les enveloppes à elles promises, soit 21 millions FCFA pour chacune des 23 athlètes, leurs soient entièrement versées.

De plus, les «Lionnes indomptables» exigent la prise en compte de la prime de qualification du premier tour, non prévue au début de la compétition et qu’elles estiment légitime au vu de ce qui a toujours été pratiqué pour la sélection hommes.

Du côté de la fédération nationale (FECAFOOT), les officiels, dont certains se sont exprimés sous le sceau de l’anonymat, proposent un montant de 17,6 millions FCFA pour chacune après déduction d’impôts, toute chose qui n’a, selon les protestataires, jamais été pratiquée vis-à-vis des messieurs.

A ce jour, elles n’ont selon des sources concordantes eues droit qu’à la prime de présence, soit 500.000 FCFA payés alors qu’elles se trouvaient déjà en terre canadienne.

Au ministère des Sports, les services compétents interrogés par APA ont précisé que la gestion des équipes nationales était du ressort de l’instance fédérale depuis la fin de l’année dernière.

Peu avant le Mondial, ladite fédération avait pourtant, dans un communiqué, indiqué que chacune des joueuses de la sélection, mais aussi chaque membre du staff technique, médical, logistique et de la communication, avait reçu une prime de participation d’un montant de 15 millions FCFA.

En termes de primes de présence à la compétition, chaque joueuse devait percevoir 15 millions FCFA alors que 20 millions FCFA allaient à l’entraîneur principal, 10 millions FCFA à chacun des 3 adjoints, autant pour le médecin, 10 millions FCFA pour les 2 kinésithérapeutes, 3 millions FCFA pour la chargée de la communication, 6 millions FCFA pour les 2 responsables de la sécurité, autant pour leurs 2 collègues en charge du matériel et les 2 autres responsables de la logistique.

S’agissant des primes de compétitivité, elles devaient aller crescendo du premier tour jusqu’à la finale, où elles pouvaient alors culminer de l’ordre de 15 millions FCFA par joueuse, 20 millions FCFA pour l’entraîneur principal, 10 millions FCFA pour chacun de ses adjoints, autant pour le médecin et chacun des 2 kinésithérapeutes.

On rappelle qu’en 4 matches, les Camerounaises l’avaient emporté d’entrée face à l’Equateur (6-0), puis devant la Suisse (2-1) et échoué face au Japon (1-2) et à la Chine (0-1).

© CamerPost avec © APA