Cameroun : Vers une nouvelle crise de légitimité autour de l’élection à la FECAFOOT – 20/02/2015

Joseph Owona, président du comité de normalisation de la FECAFOOT.
Joseph Owona, président du comité de normalisation de la FECAFOOT.

Le Tribunal arbitral du sport (TAS), dont le siège est à Lausanne en Suisse, a rendu deux décisions annulant les résolutions adoptées au cours de l’assemblée générale de la Fédération camerounaise de football (FECAFOOT) du 23 août 2014 définissant le corps électoral appelé à désigner le président de l’instance fédérale mardi prochain, a-t-on appris de source officielle.

Statuant dans les deux procédures d’arbitrage opposant ladite instance, Abdouraman Hamadou Babba et à Antoine Depadou Essomba Eyenga respectivement, il a rejeté les deux appels de la FECAFOOT déposés à l’encontre des sentences de la Chambre de conciliation et d’arbitrage (CCA) du Comité national olympique et sportif du Cameroun (CNOSC) en date du 30 octobre 2014.

Les sentences de la Chambre ‘’sont donc confirmées, ce qui signifie que les résolutions adoptées au cours de l’assemblée générale de la FECAFOOT du 23 août 2014 sont annulées”.

La CCA, rappelle-t-on, avait en son temps annulé les élections tenues dans 10 des 41 ligues départementales, remettant notamment en cause la dénaturation et la violation des statuts fédéraux relatifs à l’organisation et à la promotion des activités physiques et sportives dans le pays ainsi que la Charte olympique.

Ce nouveau développement, note-t-on, intervient alors que, dans une correspondance datée du 31 mai 2013 et adressée au secrétaire général de la FECAFOOT, la Fédération internationale de football association (FIFA) avait marqué sa surprise ‘’de constater que la Chambre d’arbitrage du Comité national olympique et sportif du Cameroun a statué sur le processus électoral alors que, selon les statuts de la FECAFOOT, ses compétences se limitent à des litiges sportifs et ne s’étendent donc pas aux contentieux électoraux”.

Elle estimait dès lors que la CCA ‘’n’est pas légitime pour juger des cas dont elle a été saisie”, mais surtout ‘’rappelait aussi que ses statuts exigent que les associations membres gèrent leurs affaires de façon indépendante, faute de quoi elles sont passibles de sanctions”.

Face à la presse, jeudi soir le président du Comité de normalisation de la FECAFOOT, Jopseh Owona, s’est plutôt voulu laconique, se contentant de prendre acte de la décision du TAS, indiquant que son instance allait s’en ‘’remettre à l’instance faîtière du football mondial”.

‘’Deux voies s’offrent à nous : nous pouvons contester les décisions du TAS devant un tribunal fédéral. Une autre, c’est de prendre note de la décision du TAS et d’en tirer les conséquences.”

Il a ainsi précisé que son instance provisoire allait s’en remettre à la décision de la FIFA sur la conduite à tenir.

Le processus électoral à la FECAFOOT, rappelle-t-on, avait été suspendu le 28 novembre dernier par la FIFA, pour être relancé le 28 février prochain au plus tard, sur la base des commentaires reçus des autorités camerounaises qui avaient exprimé leurs inquiétudes au point de vue de la sécurité quant aux consultations projetées.

La FIFA avait en outre indiqué que ‘’le processus électoral ne sera pas rouvert à d’autres candidatures que les cinq têtes de liste déposées au 10 novembre 2014”.

Conséquemment, le mandat du Comité de normalisation de la FECAFOOT, en place le 23 juillet 2013, fut prolongé jusqu’au 28 février 2015.

Jusqu’à jeudi dernier, ce sont les candidatures du secrétaire général sortant, Tombi à Roko Sidiki et du directeur technique national adjoint, Atah Robert Bahazah, qui avaient été finalement retenues pour les élections prévues ce 25 février à Yaoundé, la capitale du pays.

© CamerPost avec © APA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz