Cameroun : Vers une reprise du service à l’usine à gaz de Douala

Le Chef de l'Etat, Paul Biya, lors de l'inauguration l'usine à gaz de Douala | © PRC/Archives
Le Chef de l’Etat, Paul Biya, lors de l’inauguration l’usine à gaz de Douala | © PRC/Archives

Ils ont été nombreux les riverains à manifester un mouvement d’humeur mercredi le 20 juillet 2016 devant l’unité de traitement de gaz naturelle à Ndogpassi, arrondissement de Douala 3ème. Brandissant des pancartes, ces derniers dénoncent des irrégularités de la part de l’usine et réclament le respect du cahier de charges comme voulu par le Chef de l’Etat. « Autrement dit 75% de la main d’œuvre de l’usine doivent être constitués des riverains. Or, ce n’est pas le cas. Et quand bien même une minorité des populations est recrutée dans l’usine, elle occupe des métiers subalternes. Nous ne voulons plus de cela », ont lancé à l’unanimité les grévistes à CAMERPOST.

Toutefois, au moment où nous allions sous presse, une rencontre a eu lieu entre les plaignants, le sous-préfet de l’arrondissement de Douala 3ème, Njoya Zachariaou descendu sur les lieux, et le Directeur général de l’Unité à gaz, Mark Wilson. Les discussions ont tourné autour des plaintes des populations. « Par conséquent, le Directeur général a pris note de nos réclamations et a promis une suite favorable. Pour l’heure, nous avons cessé la grève », relèvent les riverains avec une note d’espoir.

Promesses de Paul Biya

Pour mémoire, c’est le 15 novembre 2013 que le Président de la République, Paul Biya, procédait à l’ouverture officielle de l’unité de traitement de gaz naturel de Logababa-Ndog-Passi. Une usine qu’on présentait comme étant une grande première en Afrique sub-saharienne. « L’énergie est la reine de la bataille du développement et du progrès. Et cette bataille, nous allons la gagner», avait promis le Président Paul Biya juste avant de couper le ruban symbolique. Ensuite, il avait indiqué : « ce projet aura des effets positifs au plan économique, technologique et social, pour les populations et les entreprises de la ville de Douala ».

La centrale à gaz naturel est le fruit d’un partenariat public-privé, notamment entre la Société nationale des hydrocarbures (SNH) et l’entreprise Rodeo Developement LTD, filiale de la Britannique Victoria Oil & Gas. Depuis le mois de janvier 2012, à travers un pipeline long de 16 Km, la centrale à gaz naturel de Logbaba livre son combustible à 18 entreprises industrielles dans la capitale économique du Cameroun. Investissement d’un montant total d’environ 50 milliards de francs Cfa, cette centrale à gaz naturel, qui a généré 100 emplois directs, revendique une capacité de production journalière d’environ 1,4 million de m3.

© CAMERPOST par Linda Mbiapa