Cameroun : La vente du whisky en sachet se porte bien malgré l’expiration du moratoire

La vente du whisky en sachet se porte bien malgré l’expiration du moratoire | Photo d'illustration
La vente du whisky en sachet se porte bien malgré l’expiration du moratoire | Photo d’illustration

Deux ans de moratoire n’ont pas suffi aux producteurs pour s’arrimer à la loi. Le Whisky en sachet continue de courir les rues.

Les camerounais en zones urbaines ou rurales s’enthousiasment dans la consommation des spiritueux de la trame, des Whisky, conditionnés dans du plastique. La raison fondamentale de cet amour, reste l’accessibilité : le prix de la consommation établi à 100 francs CFA soit 0,150 euro.

Depuis, le 12 septembre dernier, le moratoire appelant les entreprises de fabrication des boissons spiritueuses qui prévoit que : « les boissons spiritueuses doivent être conditionnées dans des récipients autres que les sachets ou les bouteilles en plastiques », semble n’avoir pas été suivi partout.

En effet, c’est depuis le 12 septembre 2014, qu’une décision conjointe, ministre de la santé publique, ministre du commerce, ministre de l’administration territoriale a qualifié ce produit d’impropre à la consommation. Sa dangerosité résidant dans sa forte teneur en éthanol.

Mais, si le produit dangereux selon les pouvoirs publics continue de circuler, c’est parce que beaucoup d’enjeux, d’intérêts et d’acteurs entre en jeu. Bref, c’est une affaire  de lobby selon une source que nous avons contacté. Pour elle, ce sont les gros producteurs qui agissent dans l’ombre pour faire stopper cette activité qui leur ravi la clientèle.

Ailleurs, ce sont d’autres arguments. Dans les colonnes du quotidien camerounais Le Jour, du 10 avril 2014, le directeur technique de la Société camerounaise de fermentation, Fermencam, a rejeté les accusations faites par l’Agence des normes et de la qualité sur l’usage du méthanol dans la fabrication du Whisky en sachet « depuis la création de note unité de production, le méthanol n’a jamais été inscrit dans aucune liste des matières premières entrant dans le processus de fabrication de nos produits. Nos documents de fabrication et nos archives sont là pour le prouver » a-t-il précisé.

Et après !

La résistance constatée du côté des entreprises pose un problème : celui des mesures d’accompagnement. Qu’il s’agisse des entreprises clairement établies impliquées dans la production de ce Whisky manufacturé traditionnellement, c’est-à-dire sans épuration des déchets dont le méthanol, comme Fermencam, Reddys Global, Sofavinc, Tchoupé and Parteners, safrel, Amuva Industries etc, il faut gérer le lendemain. Le directeur général de Ferencam à lui seul revendique, près de 800 emplois directs, un équipement déjà installé qu’il faut réadapter. Le chiffre d’affaire de 9 milliards de francs Cfa en 2012, réalisé par son entreprise et  12 milliards en 2012 et les impôts payés à l’Etat suscite des réflexions.

© CAMERPOST par Augustin Tacham

Poster un Commentaire

6 Commentaires sur "Cameroun : La vente du whisky en sachet se porte bien malgré l’expiration du moratoire"

Me notifier des
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Paul Marcel Mbida

On n’a pqs de quoi acheter vos grosses bouteilles que vous importer plur vous enrichir et appauvrir le pays.

Adamou Jogo

ces whisky en sachet c notre niveau nous le bas peuple buvez vos champagne vos chivas vos jonny walker nous et kan vs etes soul arretez vos loi bidon nous c le sachet

Alba Eyoum

Cool larticle!!

Apolon Mike Ndzie

Minalmi! mes sachets!?

Nathalie Nguele

L’heure est grave !!!!

Janette Kouamo

Fermé mm les usineon va tjr boir

wpDiscuz