Cameroun – Vente de whisky en sachet : le gouvernement recule face aux fabricants

Ernest Gbwaboubou, le ministre des Mines de l’Industrie et du Développement technologique, recule face aux fabricants de whisky en sachet | Archives/DR
Ernest Gbwaboubou, le ministre des Mines de l’Industrie et du Développement technologique, recule face aux fabricants de whisky en sachet | Archives/DR

L’interdiction de fabrication et de commercialisation des whiskies en sachet devait en principe entrer en vigueur ces jours. Seulement au lieu de cela, une concertation s’est a été initié le mardi 20 Septembre 2016, entre le ministère de l’industrie des mines et du développement technologique et les opérateurs du secteur.

C’est un véritable coup de frein que le gouvernement donne face à sa décision d’interdire la production et la commercialisation des whiskys en sachet. En effet suite à cette décision, prise il y’a plus de deux ans, de nombreuses actions ont été initiées. C’est ainsi que plusieurs descentes sur le terrain ou des missions sont allées au contact des producteurs de ce produit. Selon Ernest Ngwaboubou le ministre de l’industrie des mines et du développement technologique : « plusieurs missions sont descendues sur le terrain la dernière en date c’était du 8 au 14 aout dernier…ces missions ont rendu leur copie et les conclusions ont été transmises à la haute hiérarchie…  et se sont les conclusions de ses missions qui nous imposent de tenir une concertation avec les opérateurs de ce secteur ». Ainsi, les conclusions des missions de terrain militent visiblement en la faveur  d’un autre moratoire à accorder à ses entreprises. Une ligne de conduite soutenue par des arguments présentes par Ernest Ngwaboubou lorsqu’il affirme : « les producteurs et opérateurs de ce secteur ont formulés des doléances…ne perdons pas de vue que ces compatriotes ont investi d’énormes moyens et ils emploient des camerounais…

Ces entreprises font face à des difficultés d’acquisition des équipements…les rapport des missions sur le terrain indiquent que certaines de ces sociétés ont entamé leur processus de migration et ont déjà commencé la production dans les bouteilles de verre… d’autres encore ont commandé des équipement qui arrivent…mais les entreprises qui ne sont pas encore à jour sont très peu nombreuses… le gouvernement est conscient de la situation il s’agit pour nous trouver un bon compromis qui protège à la fois  le consommateur et le producteur… c’est à l’issue de la concertation que nous allons arrêter un chronogramme ensemble ». Il importe de souligner que compte tenu de la menace sur la santé que constitue la consommation excessive de ces produits en sachet, le ministère de la santé publique est associé à la concertation entamée le mardi 20 Septembre 2016 à Yaoundé.

© CAMERPOST par Hakim ABDELKADER