Cameroun – Vandalisme à Bamenda : Ces commanditaires tapis dans l’ombre

Des soldats marchent sur une route de la ville de Bamenda, Cameroun, le 8 décembre 2016. | Ph. © Reuters

Les événements violents enregistrés la semaine dernière à Bamenda ont laissé apparaître que les instigateurs agissent à visages couverts prêts à sacrifier sans ménagement une année scolaire.

Le 8 décembre dernier, les mouvements d’humeur qui secouent les villes de Buéa et de Bamenda ont atteint un pic dans cette dernière localité avec des actes qui continuent d’être dénoncés.  Les manifestations observées depuis quelques semaines semblent remettre au goût du jour une actualité vécue dans notre pays au début des années 1990.

Une horde de manifestants qui descendent dans la rue, alors même que leurs commanditaires continuent de tirer les ficelles dans l’ombre. Ceci dans le but de déstabiliser les institutions de la République.  Ainsi donc, la plupart de ces gens de l’ombre, pas véritablement au sens propre de cette expression, choisissent d’envoyer au front, parfois d’innocentes personnes.

Depuis plus de deux semaines, écoles, collèges et institutions universitaires sont fermés à Bamenda et Buea, à l’instigation de ces manipulateurs, bien au chaud quelque part, leurs propres enfants continuant certainement d’aller tranquillement à l’école.  Et pendant ce temps, ces « leaders » en mal de crédibilité ont choisi de sacrifier l’avenir d’autres jeunes, privés d’école depuis plusieurs jours.  Le but recherché étant d’instrumentaliser à leur avantage cette situation préjudiciable à ces autres Camerounais qui n’ont pas les moyens d’émigrer et d’aller poursuivre leurs études à l’étranger.

L’autre principal terrain de prédilection de ces activistes aujourd’hui, ce sont notamment les réseaux sociaux qu’ils inondent de toutes sortes de messages, d’images appelant parfois à la haine et à la division. D’où tirent-ils leurs ressources et leurs soutiens ?  Difficile d’y répondre, même si l’on sait qu’il y a deux ans, l’un de ceux appelant à la partition du Cameroun déclarait dans une interview, abondamment relayée sur les réseaux sociaux, qu’il possédait deux passeports, celui de cet État qui n’est reconnu nulle part et le second d’une grande puissance bien connue.  Ils sont également nombreux les commanditaires qui eux, préfèrent le milieu chaud et douillet de la diaspora au terrain alors que les manifestants qu’ils commanditent commettent les différents actes répréhensibles auxquels l’on assiste ces derniers jours.

À travers cette attitude, les commanditaires de ces actes contraires à l’éthique à la morale, espèrent simplement échapper aux dures réalités de la loi, tout en espérant, dans le but d’un éventuel succès de leurs actions, en tirer les bénéfices.

Source : © Cameroon Tribune

Par Jean Francis BELIBI

Poster un Commentaire

38 Commentaires sur "Cameroun – Vandalisme à Bamenda : Ces commanditaires tapis dans l’ombre"

Me notifier des
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Louis Florent Mimpem

Ils seront tous demasqués….

Grace Baleba

Mdr! !!!!!!!

Mohamed Aly Diallo

Il est urgent de rechercher les causes profondes de cette malheureuse situation. L’exemple du mali est vivant. La faute ne vient pas toujours de l’autre.

Naly Shoreman

Keep dreaming that this is vandalism. This is a problem. Let the government solve it.

Aboo Bobo
Dans un pays de droit les gens s il se sentent flouer manifeste pour montrer leur rat de par rapport a leur probleme ( de maniere pacifique ) car il n y a pas de gouvernance saine dans ce monde mais chez nous nos dirigeant ne comprennent pas car quand les gens ont demander a manifester on a refuser les traitants de tous les maux ils ont braver cet interdition mais c est le meeting du rdpc qui a mis le feu au poudre car si le gouvernement avais d abord arranger les problemes et apres faire leur meeting il… Read more »
Nanse Jean Claude

tu parles bien papa. chez nous on cherche toujours les poux sur la calvitie du chauve. Le régime doit résoudre le problème du peuple ou tout au plus faire semblant de les comprendre

Felix Bilim

Pourquoi toujours chercher les instigateurs partout ? Cherchons à résoudre les problème anglophone. nous fusions toujours nos responsabilités il y a un problème il faut le résoudre

Magloire Benoit Hamarskjöld

Toi tu reviens avec ce fameux problème anglophone ? Dis nous donc ce que tu appelles problème anglophone

Cedric Mbo'o
Kel koz rechercher?? Ns camerounais n tombons pa d sal draps kom dotr pays ki en souffr ojrdui et fnd souffrir l’Afrik. Nul nai collé sr cett terre ainsi ko pouvoir,kom il est divin,on l kitt l momen venu. Ns avon surmonté l’epreuv d boko à rat,il fo en creer ue otr? Ls USA et l pens à diviser pr mieu reigner. Prkw s laisser fair? Ceu ki ont pensé a l’union ont-ils mal pensé? K faison du sang versé par ceu ci? Svp ns navon pa d violence ni bruler notr drapeau pr fair entendr raison. J vs assur… Read more »
Simon Arnaud Bakongo

Qu’ils soient sévèrement puni. Voire même copieusement bastonne. Ils sont les seuls à être marginalisé au Cameroun.

Nathanaël Fuchs

Donc pascequil ne sont pas les seuls il ne doivent pas se plaindre?.ce raisonnement nes pas refleshi!!!

Tafon Gladys

I am no longer understanding you guys. if you think that you are marginalized then why not fight for your rights. why are you suffering and smiling. anglophones are fighting for their right and instead of fighting for yours you sit back and make stupid comments. this is stupidity

Monique Ngo Bitoungui

faut il bruler le drapeau pr autant ou tuer ceux qui defilent ? La democratie c est aussi la liberte d faire ce qu on veut sans nuire a autrui

Ericson Flag

thunder fire u. idiot

Tafon Gladys

go and cook the flag and eat. flag my foot. na flag for which country sef? stupid.

Celestin Kaldjob

c’est déplorable de dire à chaque fois qu’il y a un problème de chercher la vérité ailleurs pourtant c’est le système qui a échoué

Alex Ndoumou

Pourquoi tromper les autres ? Pourquoi tu n’as jamais brùlé les COULEURS NATIONALES ???

Celestin Kaldjob

pourquoi voir uniquement où on est tombé en oubliant ce qui nous a fait tomber

Celestin Kaldjob

la plaie est profonde ‘ne nous attardons pas sur l’acte quand des gens sont morts ,ne nous trompons pas le drapeau n’est qu’un symbole qui représente un État ,et l’État ici c’est vous,c’est moi ,que peut représenter ce symbole par rapport aux citoyens tués de ce côté

Magloire Benoit Hamarskjöld

Pourquoi toi tu ne te révoltes pas ? Si tu parles du système tout le Cameroun serait victimes des allégations dudit système mais pourquoi ce n’est une partie qui se plain ?

Celestin Kaldjob

nous avons peur. d’affronter la réalité

Nathanaël Fuchs

Si vous voulez aulieu de chercher une solution pacifique continuez a ignorer le problème.pour avoir passé toute ma vie avec les anglo laissez moi vous dire que ces gars sont 10mille fois courageux que les franco .quand un anglo dit non ,mon ami monte tu descend, il ne lacherons pas je vous promêt.bavardez sur le net si vous voulez cherchez les esprits tapis dans l’ômbre!!!

Nanse Jean Claude

lorsque les gouvernants veulent organiser un dialogue ils invitent les gens à Yaoundé. Est-ce que c’est à Yaoundé qu’il y a problème? Ils doivent aller sur place toucher du doigt le problème des riverains

Tafon Gladys

we will fight till the last man standing. call it whatever you like.

Solomon Ateh

this your big french will not help, rather start getting used to this language. we will strike and we will resist and there is nothing you can do about it

Ericson Flag

cest old news.

Eudes Nana

Vous voulez donc dire que le problème posé n’exise pas

Georg Büchner

Le problème existe belle et bien. Mais aller jusqu’à bruler le drapeau de notre pays et monter un drapeau étranger relève du vandalisme.

Georg Büchner

Le comble même dans tout ça est que les manifestants ne peuvent pas résumer en quelques mots le mot d’ordre de leurs revendications. Ils sont pour la plupart naïfs mais se permettent de courir dans les rues.

Eudes Nana

Ce n’est qu’un point sur mille autres

Ernest Eleke

Je pense que nous sommes revenus, ou alors sommes nous toujours a l’age de mathusalem,mais une chose est sur,la repression n’a jamais arrangE ou attenuE la colere d’un peuple qui a ras le bol,le bout du tunnel don’t on nous a souvent parlE,certains dirigeants vereux ont vu son bout depuis longtemps,rien n’est eternel

Jules Nforn

Il ya des jens qui ont courageuse et seu qui sont faible.quand lefant est nee,ce la joi,mes quand lefant ne grandis pas ca devient un grand problem.le pay ci ne grandir pas parceque nous le camerounaise sont des hypocrite et non-patroitismes.

Michel Blase Bela

NOUS SOMMES TOUS DANS LES DEUX CAMPS…

Beaudelaire Essounda

C le banga

Cyprien Ohandja

Quand vous avez à faire à une jeunesse déscolarisée pour la plupart, à une jeunesse au chômage d’autre part, n’importe quelle organisation criminelle peut tirer les ficelles. Le manque de projet de société fiable, le détournement abusif des biens de l’État par une certaine élite et un projet de carrière inexistant sont autant de chose qui peuvent alimenter la haine des enfants d’un même pays. Le problème anglophone ne sert que de détonateur. Soyons vigilants. Les armes ne coûtent plus chères.

Njungbuen Mirien

When injustice becomes a law, resistance becomes a duty. So we shall resist this time right to the last man standing.

Hypolit Lapwa

Les vieux là connaissent ki ont échoue leur politique avec la dictature de gauche a droit le pb es là aller su le terrain résoudre ca ne reste par YDE pr donne les ordre aller a bamenda voit la situation vs etez seulement dan vos bureau pr envoi les militaires su le terrain la force ne resoud a rien la fin de regne du dictateur es arrive c dans kelke moment tt se ke on peut dire rendon tt sa dan la main de dieu

Nkenmot Philippe

LE CAMER N’EST PAS LE SEUL PAYS BILINGUE AU MONDE ARRETONS DE PARLER DES PROBLÈMES ANGLOPHONES CAR LE CAMEROUN A DES PROBLÈMES EN FUYANT BAMENDA ET BUEA C’EST FUIRE LE CAMEROUN QUI NS RATRAPERA

wpDiscuz