Cameroun : Minader/Croplife, un partenariat pour sensibiliser sur l’utilisation éthique des pesticides

Cameroun : Minader/Croplife, un partenariat pour sensibiliser sur l’utilisation éthique des pesticides

Il y a quelques jours Henri Eyebe Ayissi a personnellement procédé au lancement  officiel des sessions de formations conjointes entre son département et Croplife, portant sur l’utilisation responsable des produits de protection des végétaux, donnant ainsi une nouvelle impulsion dans les relations qui unissent les deux institutions voilà10 ans aujourd’hui. Détails avec CAMERPOST.

Protéger les plantes et préserver l’environnement

Le bon usage responsable des produits phytosanitaires est tributaire des produits vivriers de bonne facture. C’est conscient de ce fait que le ministre de l’Agriculture et du développement rural (Minader), Henri Eyebe Ayissi, en procédant le 15 mai 2017 à Mbalmayo, au lancement officiel des sessions 2017 des formations conjointes Minader/Croplife Cameroun, a été amené à formuler un certain nombre de recommandations.

En adéquation avec ses missions, la sous-direction des interventions phytosanitaires (Sdip) s’est proposée, en collaboration avec Croplife Cameroun, de mener une mission de sensibilisation et de renforcement des capacités des producteurs maraichers de certaines régions du Cameroun, notamment celles du Centre, du Littoral, de l’Est, de l’Ouest, du Sud-ouest, du Nord-ouest et du Sud; à l’effet de les amener à une utilisation raisonnée des produits phytosanitaires en vue non seulement de protéger les plantes, mais aussi de préserver l’environnement.

Eviter de graves problèmes de santé publique

Lors du lancement de ces sessions de formations, étaient présents le Minader, Henri Fosso, le président de Croplife, le représentant résident de la FAO au Cameroun, Abari Mai Moussa, le directeur Afrique de l’Ouest et du Centre de Croplife, Bama O. Yao ainsi que de nombreux producteurs, revendeurs et encadreurs présents dans la chaîne de distribution et d’utilisation des produits phytosanitaires.

L’occasion a été donnée de rappeler que le mauvais usage de certains produits ne manque pas de détériorer l’environnement et poser un sérieux problème de santé publique.

© CAMERPOST – Toute reproduction interdite

PARTAGER