Cameroun – USA : Les jumelles Eloundou vont passer des tests à la « Junior tennis Champions center » – 03/07/2015

Linda & Manuella Eloundou, les jeumelles du tennis camerounais, vont passer des tests à la « Junior tennis Champions center » aux USA | Photo d'archives
Linda & Manuella Eloundou, les jeumelles du tennis camerounais, vont passer des tests à la « Junior tennis Champions center » aux USA | Photo d’archives

Les espoirs Camerounaises  de Lawn tennis ont quitté le  pays début de semaine,  pour passer des tests en vue de rejoindre une académie.

Elles sont Linda et Manuella Eloundou. Au Cameroun, on les appelle les « jumelles Eloundou ». Agées de 13 ans, les deux sœurs font du lawn  tennis depuis 2010, une véritable passion. C’est en simple et en doubles qu’elles ont l’habitude d’évoluer. Les médias les encensent, des pays les veulent pour représentantes aux championnats d’Afrique (Nigeria et Togo notamment). Mais leur amour pour la patrie est inébranlable. L’actu chez les « Jumelles Eloundou », c’est leur départ pour Washington D.C. Dans cette métropole des Etats-Unis, elles vont passer des tests d’admission au « Junior tennis Champions center » du 3 juillet au 2 août prochain. Outre les traditionnels tests médicaux, les Camerounaises seront soumises à des tests sportifs et scolaires. Si elles sont admises, elles bénéficieront d’une bourse Sport/études prise en charge à 60% par l’académie.

En janvier dernier, les Camerounaises ont pris part à trois tournois internationaux jeunes en Floride aux Etats-Unis. Classées 7es sur 64 d’après des informations fournies par leur manager, elles ont tapé dans l’œil des promoteurs de certaines académies dont celle de Washington. Les filles de Gaspard Eloundou, manager et père du duo, ont d’ailleurs été quarts de finaliste du dernier championnat d’Afrique des -16 ans en Tunisie en mars dernier. Trop jeunes pour le tournoi ? Les Camerounaises ont été surclassées. L’expérience acquise à Tunis leur permettra de remporter l’Open national juniors « La Pasta », en avril dernier. Un titre qui rejoint un tas d’autres lauriers glanés plus tôt.

Source : © Cameroon Tribune

Par Angèle BEPEDE