Cameroun – UNESCO : des liens indissolubles

Le Premier Ministre camerounais, Philemon Yang, reçoit Stanley Mutumba Simataa, le président de la 38e Conférence générale de l' UNESCO | © CT
Le Premier Ministre camerounais, Philemon Yang, reçoit Stanley Mutumba Simataa, le président de la 38e Conférence générale de l’ UNESCO | © CT

L’audience mercredi entre le Premier ministre et le président de la 38e Conférence générale de cette institution des Nations-unies, a permis de faire le point de la coopération.

Ils sont diversifiés et s’inscrivent dans le temps et la durée. Ils sont historiques et fructueux, pour le bien-être du peuple camerounais. L’état des liens entre le Cameroun et l’Organisation des Nations-unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), liens établis depuis 1960, présentés par Stanley Mutumba Simataa, président de la 38e Conférence générale de l’institution, est rassurant. L’hôte du Cameroun depuis le début de cette semaine, a été reçu en audience mercredi par le Premier ministre, chef du gouvernement, Philemon Yang.
Celui qui est, par ailleurs, vice-ministre de l’Information et de la Communication de Namibie, face à la presse, a souligné le caractère « excellent » des relations entre le Cameroun et l’UNESCO. Et sa visite est un prélude au premier forum ministériel du MOST pour les pays d’Afrique, que le Cameroun abrite du 24 au 26 octobre. Le MOST est ce programme scientifique intergouvernemental de cette institution dédié aux transformations sociales. Cet outil s’inscrit dans le cadre de l’atteinte des Objectifs du millénaire pour le développement (ODD), et contribue au développement durable et à l’élimination de la pauvreté. Ce combat au Cameroun, a rappelé Stanley Mutumba Simataa, est mené avec abnégation par l’UNESCO dans ses domaines prioritaires que sont : l’éducation, la science et la communication. Sur ce dernier aspect, le président de la 38e Conférence générale de l’UNESCO s’est appesanti sur l’inauguration de la radio communautaire de la ville de Sa’a, comme outil de «  promotion du vivre-ensemble, de la promotion de la culture et de la lutte contre la pauvreté de l’information ». Car, pour le fonctionnaire onusien, le développement communautaire passe par le partage des informations utiles qui pourront aider les populations à mieux s’organiser et à structurer leur manière de faire.
Et avec le Premier ministre, chef du gouvernement, Stanley Mutumba Simataa a confié qu’ils se sont accordés sur ces sujets d’intérêt majeur, utiles pour l’émergence du Cameroun. Par ailleurs, les deux personnalités ont également exploré de nouvelles opportunités bénéfiques à la jeunesse. En rappel, la 38e Conférence générale de l’UNESCO s’est tenue en novembre 2015 à Paris en France, en présence du président Paul Biya. Cette assise avait connu l’élection au Conseil exécutif de l’institution onusienne du Pr. Ebénézer Njoh Mouelle.

Source : © Cameroon Tribune

Par Azize MBOHOU