Cameroun : une femme arrêtée à Ngaoundéré avec 1500 munitions – 04/02/2015

 Une vue de la mosquée de Ngaoundéré. | Photo d'illustration
Une vue de la mosquée de Ngaoundéré. | Photo d’illustration

C’était le 28 janvier 2015 dans une agence de voyage.

Fedmotat Kamgnia Marchano Céline Baby, de nationalité camerounaise et née à Ngaoundéré, est depuis la matinée du 28 janvier 2015, gardée à vue dans l’une des geôles de la compagnie de gendarmerie de Ngaoundéré. Ce jour-là, à peine descendue du train, la dame s’est rendue dans une agence de voyage non loin de la gare voyageur de Ngaoundéré afin de se rendre à Maga dans la région de l’Extrême-Nord. Mais au moment d’embarquer les bagages de la dame, le manutentionnaire découvre un sac suspect. Il informe le chef d’agence, qui à son tour fait appel au commandant de compagnie de gendarmerie.

La fouille des bagages de Fedmotat Kamgnia Marchano Céline Baby va permettre de découvrir six boîtes de 250 cartouches, estampillées «escopeta calibre 12» (fusil de chasse calibre 12 en espagnol, Ndlr). Fusil de chasse ou pas, la découverte a vite fait le tour des agences de voyages. De nombreux curieux ont même vite fait de crier «Boko Haram !». Et c’est la seule présence des gendarmes et des policiers qui a permis à la dame d’échapper à un lynchage. Il a d’ailleurs fallu une démonstration des gendarmes pour bien montrer qu’il s’agit d’un stock de munitions pour la chasse.

Ce n’est qu’après cette séance de démonstration que dame Fedmotat Kampagnia Marchano Céline Baby et ses six cartons, soit 1500 munitions, seront conduits à la compagnie de gendarmerie. Interrogée par les éléments de la gendarmerie, la dame en question déclare avoir reçu une procuration d’achat auprès de Marchant Jacquy René, son époux français qui est guide de chasse domicilié dans la localité de Maga. Ce dernier se rendra lui-même à Ngaoundéré le 30 janvier pour justifier cet achat, avec dans ses bagages, une autorisation d’achat de munitions. «Pour ce qui concerne une arme et les munitions, seul le détenteur de l’autorisation d’achat de munition doit personnellement se ravitailler en munitions et non par personne interposée à travers une procuration», explique cependant un magistrat.

«Par ces temps qui courent, il n’est pas conseillé de faire ce genre de transaction par personne interposée, surtout quand ça prend la destination de l’Extrême-Nord», explique un gendarme. En tout cas, le dossier a été ficelé et transmis au procureur de la République. Pour sa liberté provisoire, son époux Marchant Jacquy René a dû verser une caution de 300.000 Fcfa et a signé l’engament de l’amener au parquet autant de fois que la justice aura besoin d’elle jusqu’au dénouement de cette affaire. La première audience publique de madame Fedmotat Kampagnia Marchano Céline Baby aura lieu le 12 février 2015.

Toutefois, il convient ici de saluer la vigilance et le courage du chargeur dénonciateur. Ceci vient en réalité matérialiser la volonté des populations à apporter leurs contributions dans la lutte contre l’insécurité qui prévaut dans la partie septentrionale du Cameroun en général et plus particulièrement dans la région de l’Extrême-Nord.

Source : © L’Oeil du Sahel

Par Francis EBOA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz