Cameroun : Un promoteur de centre de santé jugé pour trafic de sperme

Un promoteur de centre de santé jugé pour trafic de sperme | Illustration/DR
Un promoteur de centre de santé jugé pour trafic de sperme | Illustration/DR

Accusé d’avoir masturbé des mineurs pour obtenir leur semence, un promoteur de centre de santé au tribunal.

Qu’a fait Paul T. du sperme qu’il est accusé d’avoir prélevé pendant des années sur des mineurs ? Sera-t-il reconnu coupable des charges qui pèsent contre lui ? L’affaire, pendante au tribunal de première instance de Ndokoti, a été renvoyée au 28 janvier 2016. Tout a éclaté au mois d’octobre dernier, lorsque Brigitte K. va confronter le suspect, propriétaire d’un centre médical du côté de « Village », lieudit 1ère entrée Cogefar. Son fils de 20 ans a fini par lui avouer un surprenant manège, alors qu’il revient de ladite structure sanitaire où sa mère l’avait envoyé pour des crampes. En effet, depuis 4 ans, il se fait masturber par le sieur T., qui prélève son sperme.

A la suite de l’initiative de Dame Brigitte, les langues commencent à se délier et d’autres victimes se font connaître. Au total, c’est près d’une quinzaine de garçons qui auraient subi le « traitement » de Paul T. depuis des années. « Depuis vingt ans qu’il a ouvert son centre », s’indigne la mère d’un des jeunes, dépassée. Elle ajoute : « Quel que soit le mal que l’enfant avait, palu, céphalées, il les soumettait à ce soi-disant test de fertilité pour savoir s’ils peuvent avoir des enfants plus tard. » L’affaire finit donc au tribunal. Entretemps, quelques enfants se sont rétractés et finalement ils sont neuf dont les droits sont défendus. De son côté, le prévenu affirme n’avoir rien à se reprocher, continuant de nier les faits.

Source : © Cameroon Tribune

Par Rita DIBA