Cameroun : Un programme pour faciliter l’apprentissage des mathématiques

Philemon YANG, Premier ministre camerounais et chef du gouvernement | © Wang Zhao/AP/SIPA
Philemon YANG, Premier ministre camerounais et chef du gouvernement | © Wang Zhao/AP/SIPA

Le Premier ministre a présidé hier à l’ENS la cérémonie de signature d’un accord avec un institut africain spécialisé en vue d’intéresser davantage les élèves et étudiants.

African Institute for Mathématical Sciences (AIMS) est désormais au Cameroun pour promouvoir l’apprentissage des mathématiques dans les établissements scolaires et universitaires. Dans cette perspective, sa présence a été officiellement marquée hier à l’Ecole normale supérieure (ENS) par la signature d’un protocole d’accord au cours d’une cérémonie présidée par le Premier ministre, chef du gouvernement, Philemon Yang. Le protocole d’accord concernait trois principaux acteurs : AIMS, le porteur du programme et deux départements ministériels bénéficiaires : le ministère de l’Enseignement supérieur représenté par Jacques Fame Ndongo et le ministère des Enseignements secondaires, représenté par son patron, Jean Ernest Ngalle Bibehe.

AIMS propose un programme-pilote de cinq ans pour la formation des formateurs en partenariat avec la Fondation Master Card, en vue d’améliorer la qualité de l’enseignement de cette discipline, avec des méthodes plus simplifiée et des techniques modernes. Un laboratoire d’apprentissage est aménagé à cet effet à l’ENS.

Dans son propos de circonstance, Thierry Zomahoun, le président de AIMS, a expliqué l’importance des mathématiques pour l’Afrique. « Pas de mathématiques, pas de développement », a-t-il dit en substance. Les mathématiques aident à comprendre le passé et permettent d’envisager la transformation de l’avenir avec sérénité, a-t-il ajouté. C’est la clé de la croissance, car les innovations techniques s’appuient sur les mathématiques. Le programme que propose AIMS est un rendez-vous didactique et scientifique de haut niveau, a reconnu Jacques Fame Ndongo, ministre de l’Enseignement supérieur. Pour lui, le choix du Cameroun est une marque de confiance et une confirmation que le système éducatif du pays inspire un attrait au plan international.

Avec la cohérence des sciences mathématiques, la rigueur de son exactitude, les mathématiques s’affirment comme une science appliquée et concrète. Elles fournissent aux pouvoirs publics des données d’aide à la prise de décisions et donnent à croire que ce projet pédagogique va profiter aux apprenants, mais aussi au pays dans divers secteurs : la communauté éducative, le monde des affaires, la société civile, etc. 1,7 million d’élèves sera atteint par le programme sur toute l’étendue du territoire et son efficacité sera visible à travers l’amélioration du contenu de l’enseignement, l’accroissement de l’intérêt des élèves et étudiants pour les mathématiques, un meilleur positionnement du pays dans l’économie mondiale.

Source : © Cameroon Tribune

Par Jeanine FANKAM

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz