Cameroun : un nouveau barrage hydroélectrique sera construit dans l’Adamaoua – 14/05/2014

Avec sa capacité qui devrait être de l’ordre de 75 mégawatts (MW), il devrait utilement compléter les ouvrages déjà en place.

Barrage Hydroélectrique de Mekin, Sud-Cameroun.
Barrage Hydroélectrique de Mekin, Sud-Cameroun.

Selon le ministre camerounais de l’Énergie et de l’eau, Basile Atangana Kouna, “la construction de ce barrage couplé d’une centrale hydroélectrique va s’accompagner de la construction des lignes d’évacuation d’énergie de 70 km en 225 kV et de 30 kV d’électrification rurale, ainsi que de la réhabilitation et de la construction des voies d’accès“. 
Pour la réalisation de ce projet, deux avis de sollicitation à manifestation d’intérêt pour la pré-qualification de bureaux d’études en vue d’assurer la maîtrise d’oeuvre, d’une part, et l’élaboration du plan de réinstallation, du plan de gestion des afflux sociaux et du plan d’engagement des parties prenantes dans le projet de Bini Warak, d’autre part, viennent d’être lancés. Les travaux de construction de ce barrage, dont le coût n’est pas encore connu, seront réalisés par la société chinoise Sinohydro avec laquelle le gouvernement camerounais a déjà signé un mémorandum d’entente. Selon le ministre, la mise en service du barrage de Bini Warak est prévue pour le quatrième trimestre de 2018.

Malgré son important potentiel, le pays connaît des coupures

Le Cameroun a le second potentiel hydroélectrique d’Afrique subsaharienne, avec 19,7 gigawatts (GW) de potentiel technique équitable pour une productivité de 115 térawatts-heure par an, aujourd’hui valorisé à moins de 50 pour cent (moins de 1 000 mégawatts de puissance installée en 2010). En effet, la production d’électricité au Cameroun est essentiellement assurée depuis juillet 2001 par AES-SONEL, une filiale de l’entreprise américaine AES Corp. Actuellement, le Cameroun compte une douzaine de barrages et de centrales thermiques à travers le pays et dispose d’un potentiel d’énergie solaire abondant et disponible, surtout dans sa partie septentrionale, jusque-là faiblement exploitée, ainsi qu’un potentiel éolien non négligeable et économiquement exploitable dans les régions de l’Ouest et de l’Adamaoua. Malgré ce fort potentiel, le Cameroun souffre atrocement des coupures d’énergie électrique qui ont d’énormes répercussions sur l’économie du pays et la vie des populations.

Source : Lepoint.fr

Par Clémence Njanjo

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz