Cameroun : Un notaire détenu à la DGRE à Yaoundé – 04/09/2014

Il s’agit de Me Harissou Abdoulaye, première charge de Maroua depuis plus de 30 ans, président honoraire de la Chambre des notaires du Cameroun et président de la Commission du Groupe de Travail  à l’Union Internationale du notariat et secrétaire général de l’Association du Notariat Francophone (ANF). Il est actuellement détenu dans les locaux de la DGRE à Yaoundé.

Me Harissou Abdoulaye, président honoraire de la Chambre des notaires du Cameroun.
Me Harissou Abdoulaye, président honoraire de la Chambre des notaires du Cameroun.

L’homme de justice a été cueilli le 27 août 2014 à Maroua. Alors invité urgemment par le gouverneur de la région de l’Extrême-nord, Midjiyawa Bakari, sans aucun motif. Contrairement aux précédents jours où les deux se retrouvaient dans les locaux de la région pour discuter de l’actualité. Malheureusement ce jour, « le gouverneur était plutôt devenu un indicateur car c’est dans ses  services, que les éléments de la Direction Générale de la Recherche Extérieure (DGRE) venus spécialement de Yaoundé pour cette opération l’ont arrêté », explique la direction du Redhac. Me Harissou Abdoulaye, notaire à la première charge dans la ville de Maroua depuis plus de 30 ans, serait accusé de « tentative de déstabilisation du Cameroun à partir des pays voisins ». Faut-il le rappeler, Me Harissou est un proche de Marafa Hamidou Yaya, ex membre du gouvernement camerounais, condamné à 25ans de prison et détenu au Secrétariat d’Etat à la Défense (SED) depuis le 16 Avril 2012.

Il est 12h20 quand Me Harissou Abdoulaye se met en route pour le lieu de rendez-vous. Mais, il fait parvenir un Sms à la Maximilienne Ngo Mbe, la directrice exécutive du Redhac. Lequel dit : « Le gouverneur de la région de l’Extrême-nord vient de me convoquer d’urgence et je ne sais pas pourquoi ». Ce n’est qu’à 14h25 que cette dernière verra ledit message. Par le même canal, elle lui renvoie un sms afin de lui indiquer quelques mesures de sécurité à prendre avant de se rendre au lieu de l’appel. Trop tard. Le notaire est déjà cueilli à froid. Ce n’est qu’à « 17h30 que la nouvelle de l’arrestation de Me Harissou nous parvient. Le 28 août 2014, je me suis rendue à Yaoundé à la DGRE pour rencontrer M. Aboubakar Sidiki et Me Harissou. Les services ont refusé toute possibilité de les rencontrer », rapporte Maximilienne Ngo Mbe avant de poursuivre : « Le 1e Septembre 2014,  le  petit frère de Me Harissou s’est rendu avec une valisette contenant ses vêtements de rechange, l’accès lui a été refusé par les services de la DGRE. Le plus étonnant c’est que jusqu’au moment où nous envoyons cet appel urgent,  les autorités camerounaises (porte parole du gouvernement, gendarmerie, police etc)  n’ont pas confirmé ces arrestations et aucune information ne filtre de là. Ce mutisme des autorités camerounaises conforte le Redhac dans la thèse qu’une liste circulerait et que le calendrier sera respecté au nom de la lutte contre la secte « Boko Haram » et /ou au nom de la « déstabilisation du pays ». Le Redhac s’inquiète vivement de la tournure que prennent les arrestations de certaines personnalités au Cameroun ».

Avant Me Harissou Abdoulaye, Aboubakar Sidiki, le président du Mouvement patriote du salut camerounais (Mpsc), a été aussi arrêté par les mêmes éléments de la DGRE venant toujours de Yaoundé. D’après des informations, plusieurs autres personnalités seront également arrêtées dans les tous prochains jours. Car, il existe d’ores et déjà une liste de noms disponible au niveau de la DGRE. Laquelle liste contient bel et bien le nom des deux détenus suscités : Me Harissou Abdoulaye et Aboubakar Sidiki. En attendant qu’une solution définitive soit trouvée sur ces deux cas, le Redhac condamne énergétiquement « ces arrestations et détentions arbitraires qui ne respectent plus  les procédures mises en place par la République du Cameroun en matière d’interpellation d’un citoyen ainsi que l’isolement qui est imposé à M. Aboubakar Sidiki et Me Harissou, isolement  qui ont trait  à des traitements inhumains et dégradants ». Affaire à suivre !

© Camer Post – Frank William BATCHOU

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Cameroun : Un notaire détenu à la DGRE à Yaoundé – 04/09/2014"

Me notifier des
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Francisca Mboe

ca va se savoir

Francisca Mboe

ca va se savoir

wpDiscuz