Cameroun : Travaux d’urgence à Bépanda Omnisports

Le quartier doit son nom à ce stade mythique | Archives/DR
Le quartier doit son nom à ce stade mythique | Archives/DR

Une partie de la voirie de ce quartier populaire en réhabilitation depuis quelques jours. Bépanda Omnisports vit depuis le week-end dernier au rythme des grondements de moteurs d’engins de travaux publics qui y préparent la construction de routes secondaires. Ce quartier populaire de Douala est en train de voir sa voirie enrichie par l’exécution du Plan d’urgence triennal pour l’accélération de la croissance décidée par le chef de l’Etat en décembre 2014. Officiellement, le projet d’équipement local du coin est baptisé : travaux de réhabilitation de certains tronçons de Bépanda et Bangue. 7500 mètres linéaires au total. Il désigne la réfection de routes existantes mais qui se sont dégradées au fil des ans ou en raison de l’incivisme des riverains.

Hier par exemple, pelle mécanique et camion enlevaient les gravats des destructions d’édifices voisins de la voie. Beaucoup ont effectivement empiété sur l’emprise de la route. « On savait bien qu’un jour où l’autre, ceux qui sont sur ce qui doit être un bord de la chaussée allaient devoir reculer », confesse un vieil habitant de Bépanda Omnisports. Christian Tiki, un jeune du quartier, témoigne que cela fait un an que certaines propriétés ont été marquées de la croix de Saint André. « Il y en a qui ont reculé, d’autres ont attendu », dit-il. Il y a quelques semaines, d’autres zones ont été affectées.

Les casses ont touché quelques commerces et des résidences comme cette fosse septique désormais à ciel ouvert. Au grand bonheur des récupérateurs de ferraille et autres tas de béton qui s’activent presque partout où les démolisseurs sont passés suivant l’ordre du maître d’ouvrage, le ministère de l’Habitat et du Développement urbain. Plus près, la délégation régionale de ce ministère surveille le chantier exécuté par une Pme camerounaise. Contractuellement, douze mois seront nécessaires à son achèvement.

Source : © Cameroon Tribune

Par Jean Baptiste KETCHATENG

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz