Cameroun – Transport aérien : Qui sera l’utilisateur final des avions chinois MA-60 ? – 13/09/2014

Une délégation de l’armée camerounaise devrait se rendre en chine dans les tous prochains jours, avec pour objectif de réceptionner les deux appareils.

La famille Moulin Founier à l'arrière du MA-60 de l'armée de l'air camerounaise, juste avant de s'envoler pour la France./Photo Maxppp
La famille Moulin Founier à l’arrière du MA-60 de l’armée de l’air camerounaise, juste avant de s’envoler pour la France./Photo Maxppp

Initialement sollicités pour renforcer la flotte de Camair-co la compagnie nationale camerounaise de transport aérien, les MA60 seront réceptionnés par une délégation de l’armée de l’air camerounaise. Cette démarche est-elle synonyme de rétrocession de ces appareils à l’armée camerounaise ? Difficile de répondre à cette interrogation. Des sources proches de ce dossier affirment qu’en réalité il est question de contourner l’obstacle posé par l’Autorité Aéronautique Civile (AAC) du Cameroun, qui traine et rechigne à délivrer le certificat de navigabilité aux avions chinois. Ce document est un préalable à l’arrivé de ces avions sur le territoire camerounais. Sous cape, l’Autorité  Aéronautique Civile affirme n’avoir pas été associée au processus d’acquisition de ces avions. La structure que dirige Pierre Tankam est pourtant le gendarme de l’Etat dans le domaine de l’aviation. Son rôle est de faire respecter les règles en vigueur en la matière. Il semble que les avions chinois ne répondent à aucunes normes actuellement observées.

C’est donc pour contourner cet obstacle que les appareils chinois seront récupérés et ramenés au pays par les militaires, car un avion immatriculé par l’armée n’a pas besoin de certificat de navigabilité. Il importe de préciser qu’un avion du même type est déjà utilisé par l’armée. C’est cet appareil qui a servi au rapatriement de la famille Moulin Founier en avril 2013. Il a également été sollicité pour ramener les camerounais coincés en République Centrafricaine, au début de la crise que traverse ce pays voisin. La fiabilité de ces appareils ne pose à priori pas de problèmes particulier, d’autant plus les hautes personnalités de notre pays utilisent régulièrement le MA-60 de l’armée de l’air. Il serait apparemment question d’un passage en force des autorités camerounaises, afin de faire venir ces appareils au pays.

Alors qui sera l’utilisateur final des deux appareils attendus ? Entre l’armée et Camair-co il faudra bien s’accorder pour utiliser les appareils. Initialement ces avions devaient servir pour les vols internes de la compagnie Camair-Co. En rappel, en septembre 2011, le Ministre d’Etat Bello Bouba Maigari à l’époque Ministre en charge des transports, signe avec le groupe AVIC International Holding, un mémorandum d’entente. Le document précise les termes financiers relatifs à l’acquisition de deux MA-60. En novembre 2013, l’Etat du Cameroun et la Chine signent un accord cadre, pour l’acquisition de deux MA60. Le montant du prêt s’élève à 34 milliards 400 millions de Fcfa. Le prêt est remboursable sur 20 ans avec un taux d’intérêt de 2%. Il est donc bien question des avions destinés à Camair-co.

Cette situation illustre une fois de plus le manque de coordination et la cacophonie qui règnent au sein des structures gouvernementales. Car comment expliquer que des appareils acquis par l’Etat pour résoudre un problème précis restent coincés en chine pour des questions de paperasse ? Certes l’Autorité Aéronautique  Civile est dans son rôle, mais pourquoi cette structure importante dans le domaine n’a-t-elle pas été associée dès le départ, aux démarches d’acquisition de ces appareils ?

© Camer Post – Hakim ABDELKADER

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz