Cameroun : Tradex et Total s’étripent autour d’une station-service en Centrafrique

Tradex et Total s’étripent autour d’une station-service en Centrafrique | Illustration/DR
Tradex et Total s’étripent autour d’une station-service en Centrafrique | Illustration/DR

S’appuyant sur un message du ministre centrafricain de la Justice datée du 3 février 2016, Total Centrafrique a « précipitamment réintégré » la station-service « les Martyrs » à Bangui, la capitale centrafricaine, en brisant les scellés apposés la veille par Me Brice Martial Baidou, un huissier de justice.

En effet, apprend-on officiellement, la filiale du groupe pétrolier français avait été expulsée 24 heures plus tôt de cette enceinte de distribution des produits pétroliers par l’huissier de justice sus-mentionné, qui exécutait alors une décision de justice rendue le 23 décembre 2015 par la Cour de cassation de la République centrafricaine, reconnaissant la société camerounaise Tradex comme « exploitant » de ladite station-service.

Tout en « dénonçant avec la plus grande fermeté ces pratiques d’un autre temps », la filiale centrafricaine de Tradex, dans un communiqué rendu public le 8 février 2016, « prend l’opinion publique nationale et internationale à témoin, de cette intrusion qui est de nature à perturber et empêcher l’exécution d’une décision de justice devenue exécutoire et irrévocable ».

Pour rappel, Tradex, qui est le porte-étendard des nationaux dans la distribution des produits pétroliers au Cameroun, depuis son arrivée sur ce marché il y a quelques années, gère de nos jours un réseau de 78 stations-services, dont 20 en République centrafricaine et deux au Tchad.

Source : © Investir Au Cameroun

Par BRM

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz