Cameroun – Téléphonie mobile : suspension effective des abonnés non identifiés

Suspension effective des abonnés non identifiés | Photo d'illustration
Suspension effective des abonnés non identifiés | Photo d’illustration

La filiale camerounaise de l’opérateur sud-africain Mobile Telecommunications Network (MTN) a annoncé, mardi, que « les abonnés n’ayant pas confirmé leur identification ont été suspendus, conformément aux instructions du gouvernement ».

Soucieuse des risques associés aux cartes SIM non identifiées, surtout par ces temps d’insécurité, l’« une entreprise citoyenne », qui affirme avoir créé plus de 100 points d’identification à travers le pays, déployé 2000 agents fixes et 500 agents mobiles, invite les clients dont les numéros ont été suspendus à se faire identifier pour faire lever la suspension de leurs lignes.

Chez son concurrent direct Orange, tout en garantissant le rétablissement des lignes frappées par cette mesure de suspension aussitôt que leurs titulaires se seront faits identifier dans le respect des dispositions légales, on précise que « toutes les lignes suspendues ne peuvent plus émettre d’appels, ni de SMS, ni accéder à Internet » depuis le 1er juillet 2016.

Sous la menace gouvernementale de «sanctions exemplaires», les opérateurs locaux, dont les bases de données d’identification étaient jugées « toujours pas fiables» parce que présentant «encore de très graves anomalies », ont dû se plier à cette contrainte qui expirait le 30 juin dernier.

En avril 2016, se souvient-on, c’est l’Agence de régulation des télécommunications (ART) qui avait déjà sommé les opérateurs de téléphonie mobile de désactiver tous les numéros comportant des données d’identification erronées, constatant que seulement 77% des abonnés actifs étaient alors identifiés au Cameroun sur environ 15 millions d’abonnés et pour un pays de 22 millions d’âmes.

A la faveur de l’opération d’identification engagée depuis le 23 décembre 2015, l’ART constatait aussi qu’un peu plus de 5000 numéros (2,31%) s’étaient avérés non attribués, 800 (10%) actifs à identification douteuse et 250 (12%) actifs sans aucune identification.

En mi-mai suivant, MTN avait déjà procédé à la désactivation de 120.000 numéros d’abonnés ne s’étant pas identifiés dans les délais.

C’est depuis 2010, rappelle-t-on, que les pouvoirs publics camerounais ont instauré des campagnes d’identification des abonnés aux réseaux téléphoniques, en vue de combattre la cybercriminalité, mais également le terrorisme qui sévit dans la région de l’Extrême-Nord à travers la secte islamiste Boko Haram.

© CAMERPOST avec © APA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz