Cameroun – Télécommunication : Minette Libom Li Likeng fustige la gestion de Camtel

Minette Libom Li Likeng, ministre camerounais des postes et télécommunications | DR
Minette Libom Li Likeng, ministre camerounais des postes et télécommunications | DR

Le nouveau ministre des postes et télécommunications, Minette Libom Li Likeng, nommé par décret présidentiel du 2 Octobre 2015, attend beaucoup de l’opérateur historique Cameroun Telecommunications (Camtel). Lors d’une réunion de prise de contact avec ses collaborateurs, elle a exigé de Camtel et de Campost une meilleure gestion pour une contribution plus efficace aux finances de l’Etat. « Camtel et Campost devront désormais contribuer à renflouer les caisses de l’Etat et non à les délester comme c’est le cas depuis quelque temps », a-t-elle souligné.

Rappelant à ses collaborateurs son expérience à la douane comme directrice générale, où son passage a été marqué par plusieurs succès, Minette Libom Li Likeng a prescrit la recherche des performances et des résultats. Une rigueur managériale que quelques anciens hauts cadres de Camtel, à l’instar de Godfroid Ondoua Ella, ingénieur principal hors échelle des travaux des télécommunications, ont déjà révélé faire défaut à l’entreprise à capitaux publics.

Dans une lettre de dénonciation adressée au Tribunal criminel spécial (TCS) le 10 novembre 2015, Godfroid Ondoua Ella déclare que l’opérateur historique, sur fond de prévarication, affiche un cumul d’endettements d’un montant de 600 millions de francs Cfa. Il souligne également « la dilapidation des centaines de milliards de Fcfa dans le déploiement d’un réseau filaire et/ou de câbles sous-marins n’offrant aucune garantie de pérennité ».

En octobre 2014, après l’attribution à Camtel d’une note jugée « complaisante » de BBB avec perspective positive sur le long terme et AAA avec une perspective positive sur le court terme, par l’agence de notation financière Bloomfield Investment, Godfroid Ondoua Ella avait mis en garde de potentiels investisseurs sur le danger qu’ils encouraient à injecter leurs capitaux dans une entreprise sans transparence financière.

Source : © Investir Au Cameroun

Par Muriel Edjo

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz