Cameroun : Suspension de l’importation du ciment

Luc Magloire Mbarga Atangana, ministre camerounais du Commerce | DR
Luc Magloire Mbarga Atangana, ministre camerounais du Commerce | DR

Le gouvernement camerounais a réitéré, la décision prise en janvier 2016 portant interdiction de l’importation du ciment en vue de permettre aux entreprises locales de maximiser leur capacité de production, a indiqué lundi le ministère du Commerce (MINCOMMERCE) qui annonce par la même occasion, la répression vis-à-vis des contrevenants.

La décision des autorités camerounaises se traduit par la présence de plusieurs cimenteries au Cameroun, en l’occurrence, la construction de quatre usines à Douala par quatre multinationales, dont deux européennes et deux africaines.

Au port de Douala, des sources concordantes indiquent que le gouvernement a finalement opté pour l’interdiction momentanée du ciment importé au Cameroun.

Une mesure qui a pris effet en janvier 2016, mais « par deux fois déjà, le MINCOMMERCE a dû réitérer cette interdiction au niveau du port notamment, où des entrées de ciment ont été constatées », précise-t-on au Port autonome de Douala (PAD).

Par ailleurs, des sources douanières rapportent que « des saisies de sacs de ciment, en provenance du Nigéria sont récurrentes dans l’Extrême-Nord du pays ».

Dans un récent rapport de perspectives de l’évolution des activités économiques au Cameroun, la direction nationale de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC) estime, à propos du ciment, que la concurrence sera très rude au cours du 2e trimestre 2016.

La capacité installée de production de ciment au Cameroun est comprise entre 3,7 et 4 millions de tonnes l’an, alors que les besoins tournent autour de 2,5 à 2,8 millions de tonnes par an.

Le turc Medcem, dernier-né des producteurs, a une capacité de 600 000 tonnes par an a rejoint le groupe français Lafarge, qui produit actuellement 1,6 million de tonnes à travers sa filiale locale les Cimenteries du Cameroun (CIMENCAM). Le marocain Addoha, à travers la marque Cimaf produit 500.000 tonnes et le groupe nigérian Dangoté, également 500 000 tonnes par an.

Malgré la présence de plusieurs acteurs sur le marché, les prix n’ont pas véritablement baissé, puisque le sac de 50 kg de ciment se vend entre 4350 francs CFA et 4500 francs CFA.

© CAMERPOST avec © APA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz