Cameroun – Stanley Enow : Awards et plus, si affinités… – 04/09/2014

Pour le rappeur, recevoir deux récompenses internationales ne signifie pas dormir sur ses lauriers.

Stanley Enow, rappeur camerounais.
Stanley Enow, rappeur camerounais.

On peut ne pas être fan de son beat. Ne pas aimer son flow. Ne même jamais avoir entendu un seul de ses morceaux. Mais depuis la sortie de son single “Hein Père” en 2013, Stanley Enow continue bel et bien à écrire son histoire sur la scène musicale urbaine camerounaise, et bien au-delà. Une histoire jeune, mais déjà riche de récompenses à l’international. Best New Comer (Meilleure Découverte) des Africa Muzik Magazine Awards (Afrimma) édition 2014, évènement tenu le 26 juillet dernier à Dallas aux Etats-Unis. Best New Act (Meilleure Révélation) des MTV African Music Awards (MAMA) à Durban en Afrique du sud le 7 juin, une compétition à laquelle le Cameroun participait pour la première fois.

La clé de son succès : puiser son inspiration sur ses terres. Dans les paroles d’une mère, les jeux de cour de récré…Des phrases en pidgin faciles à retenir, des noms de stars comme Kareyce Fotso, Charlotte Dipanda, Lady Ponce dans les lyrics pour capter l’attention, pas d’orchestration complexe. Et voilà “Hein Père” sur toutes les lèvres…ou presque. L’expression elle, investit tous les canaux de communication, se glisse dans les conversations. Parfois, on a oublié la musique, mais les mots “Hein Père” permettent de se rappeler du Bayangi Boy. Sans oublier un marketing bien ficelé de l’équipe de l’artiste.

Au single “Hein Père”, Stanley ajoute deux autres en 2014, “TumbuBoss” et “Njama Njama Cow”. Ainsi que des collaborations avec le Sud-africain F.A.B, Nyanda l’une des sœurs du duo jamaïcain Brick&Lace (cherchez le titre “Love is wicked” pour un petit souvenir). Et ce n’est pas parce que le jeune rappeur a gagné quelques trophées qu’il va s’arrêter pour souffler. Les journées sont de plus en plus chargées pour le titulaire d’une licence en communication obtenue à l’université de Douala. Entre supervision du montage de son clip vidéo, plateaux télé, studios, interviews à l’international via Skype et un petit coup de fil à sa maman.

Et les projets ne manquent pas pour le co-fondateur de Motherland Empire. Par exemple, actuellement, avec la Miss Cameroun 2013 Valérie Ayena, Stanley Enow est l’un des visages locaux de la campagne panafricaine “Made Of Black”. Et il est attendu d’ici fin septembre en Afrique du sud pour le One Tribe Festival.

Source : Cameroon Tribune

Par Rita DIBA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz