Cameroun – Southern Cameroon National Congress : 7 activistes sécessionnistes aux arrêts – 06/04/2015

Sept militants du Southern Cameroon National Congress (SCNC), un mouvement anglophone qui exige la sécession des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du pays, sont détenus depuis vendredi à la prison de Buea (Sud-Ouest) après avoir été interpellés dans un domicile privé la veille, a appris APA lundi de sources concordantes.

Après un bref passage au commissariat, le procureur a, en plein Vendredi saint, émis une mise sous mandat de dépôt contre leader du regroupement, Nfor Ngala Nfor et ses partisants.

Aucune explication officielle n’a encore pu être donnée à cette vague d’interpellations, au moment où certains autres activistes, joints au téléphone par APA, annoncent des «mouvements ciblés» destinés à obtenir la libération de leurs camarades et à dénoncer l’«arbitraire du pouvoir francophone du Cameroun».

Actif depuis 1995, le SCNC et ses animateurs sont régulièrement l’objet de moult tracasseries, d’arrestations et souvent de longues détentions sans jugement.

Ses leaders, qui crient à la marginalisation de leurs régions, qualifient de «marché de dupes» le référendum du 20 mai 1972, qui conduisit à l’unification des zones anglophone et francophone du pays.

Pour faire valoir ses arguments, le SCNC avait, en 2003, porté plainte contre l’Etat du Cameroun auprès de l’Union africaine.

Cette instance l’a, en 2009, débouté de ses prétentions de partition du Cameroun, récusé les accusations de discrimination de la communauté anglophone et recommandé aux plaignants d’abandonner leurs velléités pour se transformer en parti politique.

© CamerPost avec © APA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz