Cameroun : Souley Yayoué, un militaire à la retraite, pris en fragrant délit de braconnage – 27/07/2015

Un militaire camerounais à la retraite pris en fragrant délit de braconnage | Illustration/DR
Un militaire camerounais à la retraite pris en fragrant délit de braconnage | Illustration/DR

L’adjudant-chef Souley Yayoué a été présenté devant le procureur de la République.

Le 27 juin 2015, le procureur de la République près les tribunaux de Ngaoundéré a été saisi par les populations de la localité de Dibi, située à environ 35km de Ngaoundéré, sur la route de Meïganga. «Nous avons été pris de panique par de nombreux coups de feu qui provenaient de la brousse. Nous avons saisi le procureur par téléphone pour lui signaler la situation. Il s’est immédiatement rendu sur les lieux, quelques minutes après, avec le commandant de compagnie de la gendarmerie de Ngaoundéré qui était accompagné de ses éléments», relate un habitant de Dibi. Cette descente du procureur de la République et des gendarmes ne s’est pas seulement effectuée dans le village Dibi.

Le magistrat et sa suite se sont introduits dans la forêt. Lors du ratissage, ils ont aperçu un véhicule suspect à environ 200 m, «Lorsque le véhicule a été aperçu, par mesure de sécurité, le commandant de compagnie a demandé à tout le monde de s’arrêter et il a donné l’ordre à ses éléments de tirer quatre coups de feu en direction dudit véhicule caché dans la broussaille pour dissuader les occupants, au cas où il y en avait. Rendus au niveau du véhicule, ils ont trouvé que les portières étaient bloquées. Ils ont brisé une vitre et ont trouvé dans le véhicule une antilope et un lièvre morts, ainsi qu’une carte nationale d’identité au nom de Souley Yayoué», témoigne notre source.

Ledit véhicule immatriculé SW 046 AL a été remorqué jusqu’à la compagnie de gendarmerie où il se trouve actuellement. Le lendemain matin, 28 juin 2015, le propriétaire du véhicule, l’adjudantchef à la retraite Souley Yayoué, s’est rendu à la gendarmerie et a avoué aux gendarmes qu’il se livrait à une partie de chasse avec son frère, Abou Adamou, Djaouro du quartier Touraké à Meïganga. Les deux braconniers sont partis de la ville de Meïganga, à plus de 130 km de la localité de Dibi. Selon certaines indiscrétions, l’adjudant-chef Souley Yayoué ayant appris que son véhicule a été remorqué par des gendarmes, aurait fait appel à son épouse qui leur a apporté des vêtements de rechange avant que ce dernier ne prenne la route Ngaoundéré avec son frère.

Celle-ci serait ensuite repartie à Meïganga avec les deux armes de chasse de fabrication artisanale, finalement saisies par la gendarmerie. Dans la localité de Dibi, les populations se plaignent régulièrement de la disparition sans trace de leurs bêtes. Il y a quelques semaines encore, des éleveurs de boeufs signalaient avoir retrouvé deux de leurs animaux blessés par balles dans leurs ranchs. «Un était perforé aux côtes par les plombs et l’autre avait carrément une douille de calibre 12 logée dans son corps», affirme un éleveur.

Source : © L’Oeil du Sahel

Par FRANCIS EBOA